Taxation de l'assurance obsèques, indemnités pour frais funéraires et inconvénients

Le principe de base de l'assurance des obsèques est la constitution de la capitale, qui sera utilisée ultérieurement lors des obsèques du souscripteur.

Bien que le bénéficiaire soit un tiers, le défunt peut toujours indiquer explicitement dans le contrat les formalités qu'il souhaite accomplir. Le choix du bénéficiaire doit donc être fait avec prudence, car les contrats d'assurance de frais funéraires ne peuvent garantir le versement du capital du bénéficiaire après son décès sans action ultérieure sur l'utilisation du capital.

Toute personne ayant souscrit une police d'assurance obsèques doit entretenir des relations étroites avec l'assuré (conjoint ou au moins un parent). Toutefois, il est possible pour l’assuré de verser le capital directement à la pompe funéraire qu’il a précédemment choisie. Dans les cas où le bénéficiaire effectif est l'un des héritiers du défunt, en raison du régime fiscal favorable appliqué à ces assurances, la vigilance est encore plus appropriée. De nombreux systèmes de limitation ont été mis en place pour que le recours à l’assurance obsèques ne soit pas un moyen d’éviter l’administration fiscale.

Taxation de l'assurance obsèques: les atouts

En matière fiscale, l’assurance obsèques reste l’objet des régimes d’assurance vie. Ainsi, le capital que l'assuré collecte tout au long de sa vie dans le cadre de son contrat d'assurance de frais funéraires est totalement exonéré d'impôt dans les limites de la loi. D'un point de vue juridique, l'assurance obsèques n'est pas prise en compte dans le patrimoine. Parfois, un souscripteur souhaitant bénéficier d'un membre de sa famille ou même d'un tiers en dehors des indemnités légales doit souscrire à une assurance obsèques et le désigner comme bénéficiaire. Ainsi, les héritiers "légaux" du défunt ne peuvent faire appel de cette disposition.

La nouvelle loi d'août 2007 prévoyait une condition très spéciale. En effet, les conjoints des titulaires de ces contrats pourront désormais bénéficier d'une exonération de la taxe sur le capital de l'assurance obsèques, même si les paiements sont effectués après le 70e anniversaire de naissance de l'assuré, quelle que soit la durée du contrat.

Le terme "conjoint" désigne la personne légalement mariée au souscripteur ou ayant signé un PACS avec lui avant ou le jour de son décès. Le frère ou la soeur du défunt peut également profiter de cet avantage, mais cette dernière possibilité est soumise à des conditions très strictes, définies notamment par la loi Tepa ou la loi en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat. En outre, il convient de noter que les restrictions s’appliquent à ceux qui ne sont pas concernés par cette clause. En fonction des différents facteurs décrits ci-dessous, la limite la plus basse est de l’ordre de 30 000 euros, c’est-à-dire. un capital inférieur à 30 000 € est dans tous les cas exonéré d'impôt. La figure

Afin de comprendre la nature de cette règle fiscale, il convient de rappeler que le coût moyen des obsèques en France est d'environ 4 000 euros.


Posts created 3192

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut