Rachat du contrat d'assurance vie: principe et imposition

Les différentes formes de rédemption

Contrairement à la croyance populaire, il convient de rappeler que le souscripteur a la possibilité de racheter tout ou partie de sa police d'assurance vie à tout moment. L'argent ne reste jamais dans le contrat.

Transmission générale

Tous les montants inscrits au contrat sont versés à l’abonné dans les 30 jours suivant la réception de la demande et du dossier complet. La demande doit être faite par l'abonné conformément aux termes et conditions énoncés dans les termes et conditions généraux du contrat. En principe, il doit être écrit et rédigé par lettre recommandée avec accusé de réception contenant:

  • nom,
  • le nom et l'adresse de l'abonné,
  • le numéro du contrat et accompagné de l'original des conditions personnelles du contrat,
  • une copie de la carte d'identité de l'abonné,
  • une copie du RIB du compte sur lequel les fonds seront transférés.

Transmission partielle

Le montant demandé par le souscripteur (voir les conditions générales du contrat pour connaître la taille minimale et les formalités de la demande) doit être réglé dans les mêmes délais de 30 jours après réception de la demande. Gardez à l'esprit que la transmission partielle peut prendre deux formes:

  • Achat partiel partiel répondre au besoin de l'abonné de récupérer le montant nécessaire.
  • Transmission partielle programmée : ce type de rachat peut être établi à la fin du contrat lorsque le souscripteur ayant atteint l'âge de la retraite n'a pas choisi de verser une rente mais souhaite bénéficier régulièrement du versement d'une somme qui augmentera son revenu (mensuel ou mensuel). chaque trimestre) et le montant spécifié est versé au taux choisi jusqu'à épuisement du capital.

Cette formule présente plusieurs avantages. Elle ne résilie pas la police d'assurance-vie qu'elle voit encore une réévaluation régulière du capital restant du crédit de contrat après chaque téléchargement planifié. Le capital restant au titre du contrat est le capital en cas de décès à verser au bénéficiaire effectif ou aux bénéficiaires, continuer à bénéficier de l'imposition favorable de l'assurance-vie (à l'exception des successions et des exonérations de droits pouvant aller jusqu'à 152 500 EUR par bénéficiaire), tandis qu'en cas de transfert intégral, le capital récupéré intégrera les biens du souscripteur en cas de décès. En outre, l'abonné possibilité d'effectuer de nouveaux paiements en vertu du contrat si désiré. Bien entendu, ces paiements seront imposés à son décès en fonction de son âge au moment des paiements (+ ou – 70 ans).

>> Lire aussi – Fiscalité, taux … les clés d'un bon investissement en assurance vie en 2018

Conséquences du rachat pour la durée du contrat

La demande de souscription d'une police d'assurance-vie a des conséquences sur la durée du contrat. Nous devons distinguer le type de rachat (nous parlons aussi de retrait). La transmission totale entraîne automatiquement la résiliation du contrat, lequel prend fin immédiatement après le paiement des fonds du souscripteur. En règle générale, le retrait ou la cession partielle n’affecte pas la durée du contrat, qui continue et continue généralement ses effets. Le souscripteur peut effectuer de nouveaux paiements ou d’autres rachats à tout moment.

>> Notre service – Essayez notre comparateur de LIFE ASSURANCE

Taxation du rachat du contrat d'assurance vie

L’argent économisé par l’assurance vie est de est soumis à imposition que s'il quitte le contrat par retrait ou rachat. Le montant correspondant au rachat total ou au retrait partiel se compose toujours, d’une part, du capital versé et de la quote-part des intérêts générés par ce montant. La seule partie imposable sera celle qui correspond aux intérêts payés ou au gain en capital comptabilisé (les recettes reçues par le souscripteur). Cette condition préalable utile consiste à examiner les conditions de facturation des retraits.

Depuis l’introduction du 1er janvier 2018, T l’impôt forfaitaire (PFU), l’imposition des produits d’assurance vie a changé. L'imposition des bénéfices au moment de la conclusion du contrat ou en cas de désistement total ou partiel variera non seulement selon la durée de la police d'assurance-vie, à la fois avant et selon la date de la police. les bonus.

Le cas des primes payées avant le 27 septembre 2017

Le souscripteur a le choix entre une retenue à la source unique (PLF) et un impôt sur le revenu (IR). Pour les assurés qui ont choisi PLF, le mode d’imposition reste le même, avec une variable:

  • Il y a 4 ans: 35% du montant forfaitaire (PLF) + 17,2% des cotisations de sécurité sociale (CSG-CRDS).
  • Entre 4 et 8 ans: 15% de FLP + 17,2% de cotisations de sécurité sociale.
  • Plus de 8 ans: 7,5% de FLP + 17,2% de déduction sociale (après réduction de l’application).

Comme auparavant, une réduction annuelle de 4 600 € par personne uniquement (9 200 € par paire) s’applique aux produits soumis à une taxe PLF de 7,5%. Mais à partir du 1er janvier 2018, il a pris la forme de crédit d'impôtL'application du PLF a été modifiée et l'imposition également.

Un exemple de meilleure compréhension: La paire a perçu 20 000 EUR d’intérêts sur un achat partiel d’une police d’assurance vie souscrite pour plus de 8 ans. Le couple a le choix de déclarer 20 000 euros avec ses revenus ou de choisir PLF. la fiscalité avant 1er janvier 2018 si le couple choisit PLF:

  • Base d'imposition: 20 000 € – 9 200 € (aide annuelle) = 10 800 €
  • Taxe: 10 800 € x 7,5% = 810 €

la fiscalité à partir du 1er janvier 2018 si le couple opte pour un FLP (l'allocation n'est plus déduite du revenu imposable mais prend désormais la forme d'un crédit d'impôt):

  • Base d’imposition: 20 000 euros
  • Taxe: 20 000 € x 7,5% = 1500 €
  • Crédit d'impôt: 9 200 € x 7,5% = 690 €
  • 1500 euros – 690 euros = 810 euros
  • Taxation réelle: 810 €

Si un véritable impôt basé sur le PLP est a priori, le contribuable devra avancer le montant du crédit d'impôt jusqu'à ce qu'il soit imposé dans le prochain IR.

>> Lire aussi – La fiscalité de l'assurance-vie

Le cas des primes payées après le 27 septembre 2017

L'imposition des primes payées après le 27 septembre 2018 varie en fonction du montant des primes versées (inférieur ou supérieur à 150 000 euros) et de la date de remboursement (avant ou après 8 ans). Pour les primes soumises à une déduction forfaitaire:

  • Si la rédemption a lieu avant 8 les années pour tous les produits, les primes inférieures ou supérieures à 150 000 euros, la taxe est de 30% (12,8% + 17,2% du CSG-CRDS).
  • Si la rédemption a lieu après 8 les années pour toutes les primes de produits inférieures ou égales à 150 000 EUR, la taxe est de 24,7% (7,5% après une diminution de + 17,2% par rapport à la CSG-CRDS)
  • Si la rédemption a lieu après 8 les années Pour toutes les primes de produits supérieures à 150 000 euros, la taxe est de 30% (12,8% + 17,2% de la CSG-CRDS).

La législation fiscale distingue quatre situations d'exonération totale des intérêts ou des plus-values ​​réalisés en cas de rachat, quel que soit l'âge du contrat:

  • licenciement du souscripteur du contrat;
  • retraite anticipée de l'abonné;
  • cessation des affaires impayées du souscripteur après la liquidation;
  • 2ème ou 3ème catégorie S.S. invalidité de l'abonné;

L'exemption s'applique également lorsque les situations mentionnées ci-dessus concernent le conjoint ou le partenaire du PACS. Afin de bénéficier de la libération, le rachat doit avoir lieu avant la fin de l'année suivant l'événement. L'exonération n'est pas accordée pour 17,2% des cotisations de sécurité sociale.

>> Notre service – Essayez notre comparateur de LIFE ASSURANCE

Posts created 3192

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut