Jules Ferry – Wikipedia

Homonymie page d'aide Pour les articles homonymes, voir Ferry.

Ferry Jaune, né le à Saint-Dié (Vosges) et meurt à Paris est un homme d'État français.

Opposé à l’Empire, c’est après la chute de celui-ci, en 1870, membre du gouvernement intérimaire et maire de Paris pendant plusieurs mois.

Plusieurs fois ministre de l'Education publique et des Beaux-Arts entre 1879 et 1883 est l'auteur des lois pour la restauration de l'enseignement obligatoire et gratuit. Alors considéré comme un promoteur de "l’École publique laïque, libre et obligatoire", il est considéré quelques décennies après sa mort comme l’un des fondateurs de l’identité républicaine.

Il est président du Conseil des ministres de 1880 à 1881 et de 1883 à 1885. Il témoigne d'un fort engagement en faveur de l'expansion coloniale française, en particulier dans la péninsule indienne, et doit quitter la tête du gouvernement à cause du cas de Tonkin. ,

Il est décédé trois semaines après son élection à la présidence du Sénat et a été enterré à Saint-Dié-des-Vosges.

biographie

origine

Jules François Camille Ferry est le fils de Charles-Edward Ferry, avocat et Adèle Djamel.[[[[1], Il s'agit de la famille vosgienne catholique des fondateurs des cloches, établie à Saint-Dié en 1718.[[[[2]et, en 1794, le bac était à la tête de la tuile.

François-Joseph Ferry, le grand-père de Jules, était le maire de la ville; son fils Charles-Eduard, un penseur libre, a épousé Adele Djamel, dont les trois enfants sont: Jules (1832-1893), Charles (1834-1909) et Adel (1826-1871).[[[[3],

la formation

Il est étudiant à Saint-Deu jusqu'en 1846, puis à l'école impériale de Strasbourg (maintenant le lycée Fouxt-de-Cuangès), puis à la faculté de Paris.

Carrière professionnelle

Devenu un avocat réputé et passionné par les affaires publiques, il se spécialisa rapidement dans la défense républicaine.

Il coopère régulièrement avec les journaux Presse, Courrier à Paris, route,

Vie personnelle et privée

de Les maçons accordent une grande solennité à sa réception par le Grand Orient de France ("La Clémente Amitié"). Il est là avec Liter et Gregor Wyuroboff, autres étudiants d'Auguste Cont. Dans une lettre à Ch Cousin[Qui ?], président de la loge, il déclare: "Comme je dois faire une confession intellectuelle devant ceux qui veulent me reconnaître parmi leurs frères, je déclare adhérer aux principes de philosophie morale que j'ai trouvés il y a quinze ans dans les livres du fondateur de la philosophie positive. "[[[[4] Le discours que Littré a prononcé à cette occasion fait l’objet d’une grande publicité. La presse en donne un large écho. Par la suite, le ferry appartient à la loge Alsace-Lorraine.

Cette même année, Ferrari épouse la fille de l'industriel Camille Risler, Eugène Risler, âgé de dix-huit ans de moins que la famille protestante et républicaine, faisant fortune dans le secteur des Tang en Alsace et portant le montant de 500 000 francs. Le mariage est célébré à la mairie du huitième aroun parisien. Cette union offre un accès en ferry au réseau haut bourgeois local et parisien. Six ans plus tard, Charles Rysler, frère de la mariée, deviendra maire du septième arrondissement de Paris[[[[5],

Ils ont construit une cabane suisse, une résidence secondaire au pied de la forêt de Kemberg à Saint-Dé-de-Vauz, mais habite le plus souvent à Paris, dans le manoir construit par Jules, le frère bien-aimé de Charles. Ferry sur 1 rue Bayard. Sans descendance directe, Jaune renvoie tout son attachement à son neveu Abel Ferry, qu’il accepte, faisant de lui son seul successeur.[[[[6],

Le début en politique

Ennemi actif du Second Empire, il devint célèbre en publiant en 1868 une série d'articles de pamphlet humoristiques contre le préfet de Sean Husman contestant la gestion opaque du financement de ses œuvres parisiennes: Haussman's Fantastic Accounts,

Il a été élu député républicain des sixe Circonscription de Paris en mai 1869

Nommé en l'honneur de l'ennemi de l'empire, le républicain est convaincu, Zhely Ferry a pris part au palais dans le groupe des adversaires, avec Charles Flock, Emil Durrier, Ferdinand Herold, Anne-Charles Herrion, Jean-Jules Clamage, Amory Dréo, Clément Loirer, Léon Gambe . Il a participé au célèbre procès de Treize en 1864; avec Garnier-Pagès et Lazare Carnot, treize républicains[[[[Note 1], qui se sont rencontrés à Garnier-Pagès peu de temps avant les élections à Paris, ont été arrêtés pour une réunion non autorisée et condamnés à une amende de 500 francs[[[[7],

de il est devenu membre du gouvernement de la défense nationale. Nommé Maire de Paris le [[[[8],[[[[9]il est également presque impossible de garantir le ravitaillement en capital assiégé par l'armée prussienne. Les restrictions sur la nourriture qu'ils imposent valent les surnoms "Ferryboat" et "Ferry to the Hungry". Une commission paritaire d'éducation est mise en place[[[[10], Cette commission[[[[11] Il est composé de femmes et d'hommes compétents en éducation. Les rapports de cette commission montrent déjà l'aval d'une obligation gratuite qui se trouve dans les lois sur les écoles annoncées par son ministère.

Dès le premier jour du soulèvement de la Commune de Paris, ennemi décisif des fédérations, il a fui la ville. Cependant, il conserve officiellement le poste de maire de [[[[8],

Aux élections Il a été élu représentant des Vogeses à l'Assemblée nationale, une place qu'il a occupée jusqu'en 1889. Il était responsable de la négociation de la frontière sur la crête de Vogesi. principes sans compromis, il ne permet rien[[[[12]C’est une expérience douloureuse, alors que les négociateurs divisent sa région d’origine en Alsace, où il a vécu au sein de sa famille, et se joint Reich Allemand

Jules Ferry, leader de la majorité des ministères, candidat républicain contre Louis Joseph Buffett, fut élu conseiller principal de Thillot le 8 octobre 1871. Le jeune vice-président du Conseil général a provoqué la fureur des autorités administratives. Adolf Thier a décidé de le défendre, de l'éloigner des Vosges, toujours occupées par les troupes prussiennes, en l'envoyant à Athènes pour désigner l'ambassadeur chargé du différend opposant les gouvernements grec, français et italien sur les mines. Laurium[[[[13] (1872-1873). De retour en France, il devient l'un des chefs de l'opposition républicaine jusqu'à l'élection de Jules Grevi à la présidence.

Ministre de l'éducation et président du conseil

Le caricaturiste du prêtre rampant de Jules Ferry (Petite lune, 1878).

Ministre de l'éducation nationale de dans le bureau de Waddington, il donne son nom aux lois de l'école. Ses premiers pas sont:

Président du Conseil de l'Europe de , il continue l'application des lois sur l'éducation:

  • des filles en faveur de l’enseignement secondaire public ()
  • enseignement primaire (6 à 13 ans) gratuit, laïc et obligatoire ().

Nouveau ministre de l'Éducation du 31 janvier à 2009 T (Ministère de Freycinet), il poursuit ses travaux à l’école, notamment en ce qui concerne la loi sur le devoir et la laïcité de l’éducation () cette loi est une conséquence logique de celle relative à l'enseignement obligatoire; c'est une obligation pour la formation, pas pour la formation.

Il est à nouveau président du Conseil de l'Europe de et ministre de l'éducation et des beaux-arts à , quand il a été remplacé par Armand Fallières. Il écrit une circulaire aux professeurs trois jours avant d'être affecté au ministère de l'Éducation de Fallières. Cette lettre contient également de nombreuses recommandations importantes dans le domaine de l'éducation morale: encourage les enseignants à respecter scrupuleusement l'autorité des parents, préalable indispensable à "la transmission de la sagesse du genre humain", […] une de ces idées universelles que de nombreux siècles de civilisation ont apportées à l'héritage de l'humanité. "

Le bac, anticlérical, mais pas anti-religieux (opposé à Emil Coms) ne veut pas initialement imposer un monopole sur l'éducation; elle laisse subsister l'éducation confessionnelle, mais son désir de sécularisation signifie qu'elle est exécutée par le clergé qui l'appelle un "bac sans Dieu"[[[[14],

Alors que l'orthographe est devenue une matière scolaire dans les écoles au 19ème siècle, Jules Ferry et Ferdinand Bousson, qui ont ensemble renouvelé le système éducatif des années 1880, ont tenté de lutter contre cette vague orpheline pour la remplacer par l'enseignement du français. riche et énorme. En effet, après la guerre de 1870, le niveau culturel des Français (géographie, histoire ou connaissance des grands écrivains français) a été évoqué par rapport à celui des Prussiens. Jules Ferry entre officiellement à l'école "d'enseignement du français", qui laisse la place à l'étude des grands auteurs français, à l'explication du texte et à la récitation de poèmes, exercices jusqu'ici inconnus (arrêté du 27 juillet 1882). Seuls les enseignements d'orthographe et de grammaire étaient précédemment fournis. Le temps scolaire est limité et ce nouvel enseignement se fait au détriment de l'orthographe et de la grammaire. Yellow Ferry et Ferdinand Bouyson accusés d'avoir abaissé l'orthographe française[[[[15]

Pour ce qui est de l'éducation des jeunes filles, Jules Ferry estime qu'il faut être spécifique pour donner à leur rôle social spécifique. Pour cette raison, il a refusé le mélange scolaire[[[[16]Bien qu'il ne voit aucune raison de douter de l'égalité des capacités intellectuelles entre les sexes, il ne conclut pas que les femmes devraient recevoir la même éducation que les hommes. Sa vision mène à de nombreux cours de travail manuel chez les filles (couture, cuisine) et les garçons (travail du bois). Women's High School, créé par Camille See avec le soutien de Jules Ferry, se distingue également de l'enseignement secondaire masculin et favorise l'enseignement des lettres et des langues vivantes.[[[[16],

Tomber dans la question coloniale

Jules Ferry est un partisan actif de l'expansion coloniale française[[[[17]Ses adversaires politiques tirent leur surnom de "Tonkinois" et une partie de l'opinion publique hostile à l'expansion coloniale.

En particulier, on trouve le ferry-boat en Tunisie, d'où il a reçu un protectorat le traité de Bardo et Madagascar. Il initia le chercheur Pierre Savvorian de Brazza à la conquête du Congo (1879), un dossier qui lui fut fatal lors de sa deuxième présidence du Conseil. Il avait gardé son portefeuille.

Les conservateurs s'opposent à la colonisation qu'ils accusent de détourner des investissements du territoire tout en défendant de manière progressive les questions idéologiques. Le républicain de gauche Georges Clemenceau est également opposé car l'aventure coloniale détourne l'attention des provinces perdues d'Alsace-Lorraine. Les positions sont inversées diamétralement en trois ou quatre générations.

Ayant obtenu les crédits nécessaires du vote du Parlement pour la conquête du Tonkin, cela conduit à un élargissement du conflit en Chine.

Ferri a prononcé un discours que Charles-André Julien aurait pu qualifier de "premier manifeste impérialiste remis au Tribune"[[[[18],

Dans son discours du 28 juillet 1885, Ferry a illustré les conditions préalables du discours colonial d'un parti républicain en III.e La république[[[[19] :

"Messieurs, il y a un deuxième point, un deuxième axe d'idées sur lequel je dois prêter attention (…): c'est le côté humanitaire et civilisé de la question. (…) Messieurs, nous devons parler plus haut et plus vrai! Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont droit aux races inférieures. (…) Je répète qu'il a droit aux races supérieures parce qu'elles ont un devoir envers elles. Ils ont l'obligation de civiliser les races inférieures. (…) Ces tâches ont souvent été négligées dans l'histoire des siècles précédents, et certainement lorsque des soldats et des chercheurs espagnols ont introduit l'esclavage en Amérique centrale, ils n'ont pas rempli leurs devoirs en tant qu'hommes d'une race supérieure. Mais aujourd'hui, je soutiens que les nations européennes sont justifiées par l'ampleur, la splendeur et l'honnêteté de ce devoir de civilisation élevé. "

Inversement, en réponse au discours de Jules Ferry du 30 juillet 1885, Georges Clemenceau s'indigne de pouvoir s'appuyer sur "le droit des soi-disant peuples supérieurs". Elle rappelle à quel point la violence et les crimes ont été commis "au nom de la justice et de la civilisation". Il considère que la conquête selon laquelle les défenseurs des traversiers ne sont ni un droit ni une obligation constitue un abus du pouvoir légitime en faveur du seul "civil".[[[[20]Clemenceau, isolé à cet égard dans la gauche républicaine, estime que ces théories servent de prétexte pour justifier une politique favorable aux vols qualifiés qui va rapidement contredire les droits de l'homme.[réf. nécessaire]Alexandre Millerand a également critiqué cette "Longues expéditions", qu'il juge trop coûteux en ressources humaines et budgétaires pour la France[[[[21],[[[[22],

Le monument de St.-De-de-Vos (1896), du sculpteur Antonín Merci, représente, devant le piédestal, la statue au pied de l'homme d'État, Mariana, symbole de la République, des anèmes rappelant l'œuvre coloniale de Ferry et une élève éveil lois des années 1880.

Peu de politiciens de cette époque, quel qu’il soit, remettent en cause la notion de supériorité européenne (l’Amérique n’est perçue que comme un résultat). La loi illustrée par Thiers affirme que nous économisons l'argent économisé par les Français pour le développement du travail en France. La gauche est plus préoccupée par des questions humaines telles que la médecine, la vaccination, l'hygiène, l'éducation, la lutte contre le féodalisme et la superstition, mais elle critique également le ferry pour des questions économiques.[réf. nécessaire],

Les grands intellectuels de cette époque ont soutenu la colonisation, ce qui leur a permis de dépasser les peuples dits "tardifs". Victor Hugo défend la politique de Ferry au nom des droits de l'homme; ce n'est pas un paradoxe si nous supposons que l'homme blanc est "plus avancé": il a alors le devoir de civiliser, de diriger l'évolution vers des peuples moins développés, tels que les Romains aux Gaulois, par exemple chers dans Ferry)[réf. nécessaire],

Selon l'historien Claude Nicolette, l'attitude de Jules Ferry à l'égard de la colonisation correspond au concept de communion pour le devoir du fort envers le faible; cette obligation sera constituée de "races" civilisées qui, après avoir été éduquées, ne seront plus inférieures à celles qui les ont précédées. Il déclare: "Quant à moi, je crois qu’il existe une loi de civilisation et quand je vois autour du tapis vert de la diplomatie un cercle de messagers européens des représentants des anciens et des grandes puissances pour agrandir des visages avec du miel ou du noir, ne riez pas, saluez le progrès de l'humanité et de la civilisation ".[[[[23]

Cependant, la nature économique (la véritable source du débat) est la dernière majorité des propos de Ferry, 28 juillet 1885: "La concurrence, la loi de l'offre et de la demande, la liberté des échanges, l'influence de la spéculation, tout cela rayonne dans un cercle qui s'étend jusqu'aux extrémités du monde. C'est un problème très grave. C'est tellement grave… que les gens moins sophistiqués sont condamnés à prévoir le moment où ce grand marché sud-américain sera mis au défi et peut-être retiré des produits nord-américains. Nous devons rechercher des opportunités … "

Enfin, l’expansion coloniale d’un ferry est justifiée par les intérêts de la géopolitique française, qui la veut comme force, a des points d’appui partout dans le monde: "Je dis que la politique coloniale de la France c'est la politique d'expansion coloniale qui nous a fait passer sous l'empire à Saigon à Cochin, en Chine, qui nous a amenés en Tunisie, celui qui nous a amené à Madagascar, je dis que cette politique coloniale L’expansion est inspirée par la vérité, sur laquelle nous devons encore attirer votre attention: sachez que la flotte navale, telle que la nôtre, ne peut pas sans abris des mers, abris, défenses, centres de ravitaillement en carburant. (…) Rayonner sans agir sans interférer est dans les actes du monde, (…) pour abdiquer, et dans moins de temps qu'on ne le croit, il faut descendre du premier au troisième et au quatrième … "

L'annonce de l'évacuation de Lạng Sơn, surnommée "Ferry-Tonkin", provoqua une vive opposition parlementaire et des spéculations sur les marchés boursiers au printemps 1885 dans le cas du Tonkin. La quête de Hawas confond la retraite modeste de Lang Sin avec l'armée française avec un abandon total du delta de la rivière Rouge. Fausses nouvelles données "de bonne volonté"[[[[24] du général Louis Brier de l'Ille, de la Bourse de Paris et de l'automne automne, "juste au moment où une deuxième expédition arrive, minimisant l'importance de la lutte"[[[[25]Le 26 août 1883, les milieux financiers étaient inquiets, craignant de lourds coûts de guerre. Ils ont ensuite constaté que le 9 septembre 1883, le traité de paix entre la France et le Vietnam n'était pas reconnu par la Chine.[[[[26],

Cette affaire la fait tomber ,

La séquence des échecs

Libéré par les radicaux, Jules Ferry échoua également lors de l'élection présidentielle du 3 décembre 1887 contre Sadi Carno. Ce jour-là, le conseil municipal de Paris installa "dans un bâtiment complet de la commune, l'Office révolutionnaire décida d'annoncer la Commune si M. Jules Ferry était élu président de la République".[[[[27]Une semaine plus tard, il a été blessé lors d'une réunion de revolver, tirée par un boulanger appelé Obertin. Aux élections législatives il est battu par le conservateur Ernest Pico. Le vote est annulé par le Conseil d'État sur recommandation de Georges Clemenceau. Jules Ferry n'est pas représenté.

Élection et présidence du Sénat

Също президент на Генералния съвет на Вогесите и Националната асоциация на републиканците, той е избран в Сената през 1891 г. и става президент на ,

de председателства сенаторската комисия по проучване на алжирските въпроси; като такъв той е автор на доклад, публикуван през 1892 г. под заглавието "Правителството на Алжир"[[[[28], Делегация, която кара да провежда разследване за 53 дни. Той открива алжирските реалности и обратното на колонизацията[[[[28], В доклада си той осъжда по-специално провежданата до момента политика на административна и законодателна асимилация. Той осъжда експроприацията на родната почва на местните жители, тяхната експлоатация от европейските общини и предлага да се засили политическото представителство на мюсюлманите. Най-общо, предложенията, съдържащи се в доклада, отразяват някои елементи на алжирската политика, желана от Наполеон III, и се противопоставят на позициите на самия Жюл Фери през 1870-те години.[[[[28], Тези позиции са му спечелили загубата на подкрепата на опортюнистическите републиканци от Алжир, които осъждат неговата "прекомерна благосклонност към местните жители".[[[[28], Сенатът ратифицира доклада , но почти нищо от реформите, препоръчани за местните жители, не влиза във фактите[[[[28],

la mort

Той избягал два пъти, през 1883 и 1885 г., за нападения, извършени срещу него, втората – от несиметричен Клемансо, който му оставил куршум в гърдите. Това го затруднява до смъртта му от инфаркт на 1 улица Баярд [[[[29],

Решено е да го направи на национално погребение (закон от 20 март 1893 г., отключващ кредит от 20 000 франка), но семейството отказва поради враждебността си към правителството, като се има предвид, че Клеменсо, по-специално, иска всички средства за дискредитиране на Фери; Той е признат за жестокия портрет на неговото правителство, чието правителство е свалило през март 1885 г .:

– Не е нечестен човек, а от гледна точка на интелигентността, под посредственото. Тези хора обикновено имат поне думата, те могат да изразяват само вятъра, но те го изразяват (…). И ако го направихме за президент на Съвета, то точно защото е било добро за нищо ".

Националните погребения обаче се провеждат на 22 март в двора на Двореца на Люксембург и огромен кортеж води тялото на Фери до Gare de l'Est, където специален влак го отвежда до Vosges. Фериботът е погребан на следващия ден в семейния свод в Saint-Dié[[[[30],[[[[31]според волята му "пред онази синя линия на Вогезите, откъдето докосващата жалба на победените към моето верен сърце".

Решения за неговите действия

Паметник на Жул Фери в градината Тюйлери, Париж. Човек вижда под лицето му ученик със своята любовница, както и представителство на Мариан. Работа на Гюстав Мишел (1910).

Увенчан с лаврите на републиканския секуларизъм, обществената фигура се превърна в статут. Трябва да намерим човека и да преодолеем ледената му строгост и легендарната му умереност.

Отгледан в заможни и католически семейства, младежът представлява третото поколение на семейство занаятчии на огъня, обогатено след революцията и извършено през 1789 г. за Република.

Младият, спорен и провокативен журналист съблазнява противниците на наполеоновския режим с чувството си за присмех и хумор. Преди всичко, той изисква голяма физическа смелост или ужасен безгрижен човек, за да побеждава диктаторския политически режим, дори в отбранителна позиция след 1860 година. И лекотата на изразяване на Фери разкрива дори старите роялистки консерватори. Неговите умерени политически идеи са тези на лявоцентристките републиканци. Старият Тиер забелязва в тази млада журналистка, обучена в закона, голяма кариера малко по своя образ.

Общественият човек, очернян и унижен[[[[lt; / RTI & gt; voeux] съдба, безспорно огорчена от обсадата на Париж и бунта на комуната. Избраният от Thillot победител проявява насилствено презрение към провинциите, които седят в общия съвет на Вогезите. По-късно, след мистичната и любовна криза от 1875 г., той постоянно е имал предвид необходимостта от образоване на работническата класа, за да се предотвратят разрушителните революции и да се закрепи особено селското население към почвата. модел на предишната селска политика на Наполеон III само върху мирни селяни и вярващи на родната му планина. Политикът се страхува от опустошителните последици от изселването на селските райони.

В Париж политикът, който сега е assagi, по-сигурен в хладнокръвието си, знае как да успокои гнева си, впечатлен от спокойното му слушане и постепенно се появява сред републиканските лидери. Трудното начало на позициите на политическа отговорност и раните, които толкова силно се усещаха по време на първите стъпки, оставиха неоспорими следи в фашистките закони, както и в неговите прагматични концепции за външните политики, където той дава голяма почит на мнението на военните, основано на в Реюнион или Сайгон[[[[32], Той се опитва сближаване с Бисмарк. Започнатите контакти не могат да успеят, френските политически елити отказват да се справят с германската империя. Вероятно Жълс Фери се възхищава на майсторския начин, по който прусаците са успели да излязат от австрийското иго, главно чрез откритост, икономическо предприятие и технически и научни познания.

Най-жестокият протест, който Фери трябваше да претърпи, дойде от поддръжниците на генерал Буланже, който заплашваше простото демократично законодателство и трудно постигнатия мир. Жъл Фери, след това на власт, се противопоставя на тази буря. Човекът остана либерален републикански, умерен и запазил редица идеалистични мисли в двора на френските политици.

Емил Еркман, писател, го описва в началото на 70-те години с тези две думи: "le petit gros". По този начин той подчертава с това банално физическо описание способността на политиката да отиде от салоните на Гогуел, собственици на замъка на Ермитажа, до най-малките малки естаминти за нуждите на кампанията си в Сен-Дьо. Всички републиканци имат репутация на корупция, която по никакъв начин не е неоснователна[[[[33], Изглежда, че Еркман не оценява много добре сухия, публичен човек от началото на 1870 г. Писателят Джордж Санд също е оставил един ярък портрет на политик.

Този човек, който като цяло води привилегирован и парижки живот, понякога може да бъде щедър, а парижкият министър не е забравил скромните си сънародници от Сен-Дьо; по този начин той е дал голям брой произведения, свързани със Société philomatique vosgienne. След смъртта му, в съответствие с неговата воля, тялото му се присъедини към гробището на Côte Calot в Saint-Dié.

Нейният закон от 1882 г. (светско училище и задължително образование), поради задължението да се използва единственият френски език, сериозно намали използването на местни езици, особено на бретонски или окситански. Френското образование е задължително, всеки, който говори в patois или регионален език в училище, е наказан[[[[34], Практикуващите развиват известен срам, когато говорят на родния си език, а местните езикови активисти често обвиняват фериботното училище. Целта беше обаче всички французи да разберат законите и правилата, както и да маневрират заедно в случай на война.

почести

Промоутър на държавни училища, свободен, светски, Жул Фери е най-известният човек на фронтона на 67 000 френски училища (преброяване през 2015 г.): не по-малко от 642 училища, колежи и гимназии му дадоха името си, Жак Превер (472), Жан Мулен (434), Жан Жарес (429), Жана д'Арк (423), Антоан дьо Сент Екзюпери (418), Виктор Юго (365), Луи Пастьор (361), Мария Кюри ( 360), Пиер Кюри (357), Жан де ла Фонтен (335)[[[[35],

генеалогия

Notes et références

бележки

  1. Garnier-Pagès, Hippolyte Carnot, Ferdinand Herold, Amaury Dreo, Чарлз Флоке, Жул Фери, Ан-Чарлс Херисън, Корбон, Пол Йозон, Жан-Жул Кламагер, Жулиен Мелсхайм, Жак-Томас Бори и Емил Дурие бяха обвинени в престъплението са били част от неразрешено сдружение на повече от двадесет души и имплицитно са сътрудничили на наскоро публикувания наръчник за изборите.
    Защитниците са: Жул Фавр, Мари, Жул Греви, Ърнест Пикар, Хенри Дидие, Пиер-Антоан Бериър, Дюфауре, Антоан Сенард, Ърнест Демареш, Емануел Араго, Мишел Хеберт, Теодор Бак.

препратки

  1. Фериботът е традиционно име – първата име Лотарингия, обичайна в планините Вогези. Той идва от промяната на Фредерик / Фридрих, преобладаваща по времето на херцога на Лотарингия Фери.
  2. Винсънт Райт, Префектите на Гамбета, Париж, Университетско издателство Париж – Сорбона, , 482 p. (ISBN 9782840505044), p. 178,
  3. Библиографски бележки от архивите на Франция, налични в частния архив на BORA – Описание – Архив на семейството на фериботите.
  4. L Legrand, Влиянието на позитивизма в училищната работа на Жул Фери, Париж, стр. 85
  5. Ксавие Даркос, « Светското наследство на Жул Фери " точен, (чете онлайн)
  6. Извадка от завещанието на Жюл Фери, съставено през 1890 г .: "Завещавам на племенника си, Абел Фери, всичките ми книги и всичките си оръжия. Нека ги запази в памет на чичото, на когото е обожаван и който е положил всичките си надежди в него. Нека понесе с достойнство и да защитава във всички обстоятелства името, което баща му и чичо му, след толкова много поколения честни мъже, са почитали и пуснали в историята. Че след него той обича леля си Жул като майка и баща, тоест като непогрешим водач, че служи на страната си и че го обича повече от живота си. "
  7. Луи-Емил Дуриер, печатна монография, Импр. на Chamerot и Renouard (Париж), 1892 на разположение Gallica,
  8. a et b " История на кметовете на Париж », Включено Paris.frПариж, кметството на Париж (консултиран относно 5 юни 2015 г.),
  9. След Парижката комуна кабинетът на кмета на Париж бе премахнат и заменен с президент на общинския съвет в Париж, действителността на властта на префекта на полицията, представител на държавата. Функцията е възстановена със своите правомощия едва през 1977 г.
  10. " Политически и литературен преглед: преглед на литературните курсове … », Включено Gallica (консултиран относно 2 април 2016 г.),
  11. Г-жа Саймън, Гудчо, Карно, Фридберг, Милард, Койне, Мануел, Делон, Беке, Бачелери, Леони Флюр, Лашо и Месдемоисел Чену, Нанси Флери, Даубие, Маркеф-Жирар, Тусен, Гадон и господа Бризсън, Клемансо, Таксиле Делорд, Депоис, Дужардин-Бомет, Дуриер, Франсоа Фавр, Еберт, таралеж, Херолд, Лавертуйон, Русата, Рой, Анри Мартин[Lequel ?], Морел, Моту, Пуше, Пелетан, Карно, Смеещ се, Русел, Совестра, Маса, Дефодон, Фонвиел, Хендл, Чауди, Корбон, П. Лафит, Менард, Кларет, Минот, Безангон, Греард, Мате.
  12. Des négociateurs français chargés de fixer la frontière entre Sundgau et le territoire de Belfort furent moins sérieux. Grisés par l’alcool, ils laissèrent échapper quelques villages par ci par là.
  13. Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, vol. 5, Paris, Bourloton, (OCLC 221760850), p. 635-639 tome 2,
  14. Demeter Gerard Roger Serbanesco, Histoire de la franc-maçonnerie universelle : son rituel, son symbolisme, Éditions intercontinentale, , p. 489,
  15. André Chervel, L'orthographe en crise à l'école, Retz, 2008, pages 49 et s.
  16. a et b Claude Lelièvre, Jules Ferry : des repères brouillés, Communications, Année 2002, 72, pp. 141-158
  17. « Jules Ferry (1832 – 1893) », France.fr,
  18. Assemblée Nationale, « La Troisième République (1870-1940) », Включено assemblee-nationale.fr (consulté le 2 avril 2016),
  19. Site expositions BnF, article "Races supérieures, races inférieures ?"

  20. « Voilà, en propres termes, la thèse de M. Ferry et l'on voit le gouvernement français exerçant son droit sur les races inférieures en allant guerroyer contre elles et les convertissant de force aux bienfaits de la civilisation. Races supérieures ! Races inférieures ! C'est bientôt dit. Pour ma part, j'en rabats singulièrement depuis que j'ai vu des savants allemands démontrer scientifiquement que la France devait être vaincue dans la guerre franco-allemande, parce que le Français est d'une race inférieure à l'Allemand. Depuis ce temps, je l'avoue, j'y regarde à deux fois avant de me retourner vers un homme et vers une civilisation et de prononcer : homme ou civilisation inférieure ! […]

    C'est le génie de la race française que d'avoir généralisé la théorie du droit et de la justice, d'avoir compris que le problème de la civilisation était d'éliminer la violence des rapports des hommes entre eux dans une même société et de tendre à éliminer la violence, pour un avenir que nous ne connaissons pas, des rapports des nations entre elles. (…) Regardez l'histoire de la conquête de ces peuples que vous dites barbares et vous y verrez la violence, tous les crimes déchaînés, l'oppression, le sang coulant à flots, le faible opprimé, tyrannisé par le vainqueur ! Voilà l'histoire de votre civilisation ! (…) Combien de crimes atroces, effroyables ont été commis au nom de la justice et de la civilisation. Je ne dis rien des vices que l'Européen apporte avec lui : de l'alcool, de l'opium qu'il répand, qu'il impose s'il lui plaît. Et c'est un pareil système que vous essayez de justifier en France dans la patrie des droits de l'homme !

    Je ne comprends pas que nous n'ayons pas été unanimes ici à nous lever d'un seul bond pour protester violemment contre vos paroles. Non, il n'y a pas de droit des nations dites supérieures contre les nations inférieures. Il y a la lutte pour la vie qui est une nécessité fatale, qu'à mesure que nous nous élevons dans la civilisation nous devons contenir dans les limites de la justice et du droit. Mais n'essayons pas de revêtir la violence du nom hypocrite de civilisation. Ne parlons pas de droit, de devoir. La conquête que vous préconisez, c'est l'abus pur et simple de la force que donne la civilisation scientifique sur les civilisations rudimentaires pour s'approprier l'homme, le torturer, en extraire toute la force qui est en lui au profit du prétendu civilisateur. Ce n'est pas le droit, c'en est la négation. "

  21. Alexandre Millerand, « En avant ! », La Justice, no 2545,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 7 mai 2019),
  22. Alexandre Millerand, « Au Maroc », La Justice, no 2823,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 7 mai 2019),
  23. Nicolet, Claude, 1930-2010., L'idée républicaine en France : 1789-1924 : essai d'histoire critique, Gallimard, (ISBN 2070740323 et 9782070740321, OCLC 464200358, lire en ligne), p. 238
  24. Michael Palmer, Des petits journaux aux grandes agences. Naissance du journalisme moderne, Éditions Aubier-Montaigne, 1983, page 214.
  25. Michael Palmer, Des petits journaux aux grandes agences. Naissance du journalisme moderne,
  26. " Familles Darsonval et d_Arsonval arbres généalogique », Включено free.fr (consulté le 2 avril 2016),
  27. Annales politiques & littéraires, 22-01-1888.
  28. a b c d et e Charles-Robert Ageron, Jules Ferry et la question algérienne en 1892 (d'après quelques inédits), Revue d’histoire moderne & contemporaine, 1963, 10-2, pp. 127-146.
  29. de Patronage, « Jules Ferry », Включено patronagelaique.fr (consulté le 19 avril 2019)
  30. Gustave Chadeuil, « Le XIXe siècle : journal quotidien politique et littéraire / directeur-rédacteur en chef : Gustave Chadeuil », Включено Gallica (consulté le 2 avril 2016),
  31. Bertrand Beyern, Guide des tombes d'hommes célèbres, Le Cherche midi, , 385 p. (ISBN 9782749121697, lire en ligne), p. 272,
  32. Combien de fois n’a-t-il pas constaté des ordres insensés provenant de l’état-major impérial et appliqués par des officiers supérieurs ou de hauts administrateurs résignés alors que les simples avis lucides d’hommes de terrain auraient pu être précieux ? Maints membres des élites impériales arrogantes et dépassées pensaient avidement que tout leur était dû : l’idéal républicain, plus ou moins flou, est aussi celui du tour de table collégial et du respect de ceux qui sont sur les lieux et font les choses concrètes.
  33. C’est le cas de maints régimes politiques qui redécouvrent en tâtonnant des pratiques démocratiques après une phase autoritaire.
  34. La punition n'était cependant pas ici corporelle, malgré l'usage et l'efficacité de ces méthodes à l'époque. Le puni devait porter toute la journée autour du cou une cloche de bois ou un sabot miniature tenu par une cordelette, qui s'inscrivaient dans la même échelle de sanctions que le bonnet d'âne ou, pour les élèves studieux, la croix d'honneur décernée chaque vendredi au meilleur élève de la classe, et qu'il pouvait arborer jusqu'au vendredi suivant.
  35. " De Jules Ferry à Pierre Perret, l'étonnant palmarès des noms d'écoles, de collèges et de lycées en France », Включено lemonde.fr, (consulté en octobre 2017),
  36. " Arbre généalogique Jacques jhanzo – Geneanet », Включено geneanet.org (consulté le 2 avril 2016),

Voir aussi

Dans d'autres projets Wikimedia:

Bibliographie

  • Jules Ferry, sa vie, son œuvre, sa famille, Les Guides du musée de Saint-Dié, Imprimerie municipale, 1981, 52 pages.
  • Pierre Barral, Jules Ferry, une volonté pour la République, Nancy, Éditions Serpentoises, 1985.
  • François Brigneau, Jules l'imposteur, Grez-en-Bouère, Éditions Dominique Marin Morin, 1983.
  • Éric Fromant, Jules Ferry, cet inconnu, éditions L'Harmattan, 2018, 328 p. (ISBN 978-2343159768)
  • François Furet (dir.), Jules Ferry, fondateur de la République, EHESS, 1985, présentation en ligne.
  • Jean-Michel Gaillard, Jules Ferry, Paris, Fayard, 1989, 730 p.
  • Michel Gaudart de Soulages et Hubert Lamant, Dictionnaire des Francs-Maçons européens, 2005 (ISBN 2-915461-13-9),
  • Jérôme Grévy, La République des opportunistes, Paris, Perrin, 1998.
  • Claude Lelièvre, Jules Ferry : la République éducatrice, Hachette éducation, 1999.
  • Gilles Manceron, 1885 : le tournant colonial de la République, Paris, La Découverte, 2007, 166 p.
  • René Rémond, de XIXe siècle, Seuil, 1974.
  • Albert Ronsin (dir.), Les Vosgiens célèbres. Dictionnaire biographique illustré, Vagney (88120), Éditions Gérard Louis, 1990, 394 p. (ISBN 2-907016-09-1),
  • Benoît Yvert (dir.), Premiers ministres et présidents du Conseil. Histoire et dictionnaire raisonné des chefs du gouvernement en France (1815-2007), Paris, Perrin, 2007, 912 p.
  • Mona Ozouf, Jules Ferry. La liberté et la tradition, Gallimard, 2014, 128 p.
  • Lettre aux instituteurs, Paris, Mazeto Square, coll. « Ab initio », 2015, 20 p. (ISBN 978-2-919229-19-2),
  • Vianney Huguenot, Jules Ferry, un amoureux de la République, éditions Vent d'Est, 2014.

Des articles

Liens externes


Posts created 3192

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut