Héritage: Les frais funéraires et les dettes impayées du défunt doivent-ils être déclarés au bureau des impôts?

Le paiement des droits de succession repose sur une déclaration de succession.

Cette formalité est en principe obligatoire (article 800 du code général des impôts), elle est faite par les héritiers. Le terme est de 6 mois à compter de la date du décès du défunt décédé dans la capitale française et d'un an dans tous les autres cas (article 641 du CGI).

Toutefois, le dépôt de cette déclaration n'est pas obligatoire pour les diffusions directes et conjointes lorsque les immobilisations brutes sont inférieures à 50000 EUR. Le soulagement dépend de l'absence de don.
De plus, cette formalité n'est pas requise pour les autres spectacles lorsque l'actif brut de la propriété est inférieur à 3 000 euros.
De cette manière, les personnes exonérées ne sont pas obligées de fournir une évaluation de l'actif et du passif de la propriété.

Les personnes exemptées du dépôt de la déclaration sont exemptées du paiement des droits.

Il est à noter que les dépositaires de valeurs mobilières, de montants ou de valeurs dépendant du bien immobilier (banque, par exemple) sont tenus d’adresser aux autorités fiscales une liste de ces valeurs mobilières et valeurs mobilières (article 806 du code général des impôts). Cette information et d'autres permettent à l'administration de vérifier que la soumission de la déclaration n'est pas obligatoire pour les héritiers.

Le cas échéant, la déclaration de succession est faite au moyen d'une forme spéciale n ° 2705, insérant le n ° 2706.
Il doit contenir toutes les informations relatives à l'identité du défunt, de ses héritiers et légataires. Il doit indiquer le testament du défunt et, le cas échéant, son contrat de mariage et les dons qu'il a faits avant son décès à ses héritiers, y compris les dons antérieurs de plus de six (article 784 du CGI). . Toutefois, les dons âgés de plus de 6 ans ne sont pas pris en compte pour le règlement des droits.

La déclaration doit également contenir la désignation et l'évaluation de tout bien lié à un bien immobilier (y compris un bien exclu) et une confirmation de sincérité.

Les droits de succession, s’ils sont dus, sont calculés en fonction de la valeur des biens cédés et de l’intérêt net revenant à chaque héritier ou légataire, déduction faite des dettes.

Dans le cas de justifications fournies par les héritiers dans la déclaration de succession, ceux-ci peuvent déduire de l'actif du bien pour le calcul de l'impôt sur les successions – les dettes du défunt le jour du décès.

Bien que nés après le décès, les frais d'inhumation sont déduits de la somme forfaitaire de 1 500 EUR sans preuve (article 775 du CGI).

Les dettes dues plus de 3 mois après la découverte du bien (le jour du décès) sont réputées avoir été remboursées et ne peuvent donc être déduites que si les héritiers en donnent la preuve par un certificat du créancier.

Posts created 3192

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut