DROITS FUNÉRAIRES ET ENREGISTREMENT FAMILIAL

Les frais funéraires sont déduits de la propriété de la propriété à moins que la valeur de la propriété ne soit insuffisante.

Le bureau funéraire peut poursuivre la personne qui a signé le bon de commande ou attendre que la facture soit payée par la banque du défunt.

Ce moment rappelle ce qui se passe entre les héritiers qui abandonnent ou non de la propriété?

Quels recours ont-ils après avoir payé?

Les frais d’enterrement sont généralement pris en charge par la propriété.

A) le principe

1) Les frais de funérailles peuvent être déduits de la propriété dans les 1500 EUR, comme indiqué dans Article 775 du code général des impôts qui a:

"Les frais de funérailles sont déduits de l'actif du bien pour un montant de 1 500 EUR et du montant total de l'actif s'il est inférieur à ce montant ".

2 ° – Les enfants ou leur conjoint peuvent placer différentes aides. bénéfice de la mort

Le coût des funérailles peut être pris sur le compte du défunt, la sécurité sociale, mais également l'assurance complémentaire, dans certains cas, pour payer la prestation de décès. (allocation versée par la sécurité sociale sans condition de revenu.)

Premièrement, le mari doit payer les frais d'obsèques pour les obligations des maris

Si les comptes du défunt ou si le revenu du conjoint est insuffisant, alors les autres héritiers ont des dépenses totales

B) Cas de libération

Pour ceux qui n'ont pas assez de ressources, les frais d'inhumation sont à la charge de la commune de décès.

article L 2223-27 code commun des autorités locales Modifié par la loi n ° 2008-1350 du 19 décembre 2008 – art. 20 fournit:

"Le service est gratuit pour les personnes sans ressources suffisantes.

Lorsque la mission de service public est définie dans Article L. 2223-19 n’est pas fournie par la municipalité, elle s’occupe des frais de funérailles de ces personnes. Elle choisit l'organisation qui fournira ces funérailles. Le maire a renforcé son corps lorsque le défunt a exprimé son désir.

B) Obligation de maintenance

1 – Article 806 du code civil

"Le refus n'est pas responsable du paiement des dettes et des frais d'héritage, mais est proportionnel aux frais funéraires de l'ascendant ou du descendant dont l'héritage est refusé.

NB En l'absence de propriété: les enfants peuvent déduire les frais d'obsèques de leur revenu aliéné (Article 156-II-2 (2) du code général des impôts).

2 – La réponse du ministère de la Justice du 18.11.2010 sur l'obligation de la famille de couvrir les frais de funérailles rappelle le principe

a) sur la question écrite n ° 13911 de M. Jean Louis Masson (Moselle – NI), publiée au Sénat de JO le 17/06/2010 – Page 1516

M. Jean Louis Masson demande au ministre de l'Intérieur, des Territoires d'outre-mer et des autorités locales de lui indiquer si la famille du défunt est obligée de supporter les frais de funérailles du défunt. Dans l'affirmative, il souhaite savoir comment.

b) Réponse du ministère de la Justice, publiée au Sénat du JO de 18.11.2010 – page 3033. t

Les frais funéraires sont généralement à la charge des biens de la succession du défunt. En outre, bien que le refus des héritiers ne soit pas nécessaire pour régler les dettes et les frais de la succession, l'art. 806, par. 2 du code civil élaboré par la loi n ° 2006-728 du 23 juin 2006. S'agissant de la réforme de la succession et des donations, il est précisé qu'à titre d'exception, l'héritier du refus est dû proportionnellement à ses moyens de paiement des frais funéraires de succession ou de succession de l'héritage qu'il renonce. Ainsi, même en cas de refus, les héritiers ne sont pas dispensés du paiement des frais de funérailles. L'article 1251 (5) du code, cependant, dans sa version résultant de la loi susmentionnée, dispose que celui qui a payé les obsèques du bien pour son compte a droit à une demande de remboursement. À ce titre, il bénéficie du privilège d'ameublement prévu à l'article 2331 du Code civil et sera donc remboursé en priorité aux autres créanciers.

3 ° – Justice

pouPremier tribunal civil, 28 janvier 2009, Appel № 07-14272

L’obligation pour l’enfant de supporter les frais d’inhumation de ses parents existe depuis sa naissance en vertu des dispositions de l’article 371 du Code civil, qui imposent à l’enfant de n’importe quel âge, l’honneur et le respect de ses père et mère. Le fait qu’un enfant ne connaisse pas son père, né peu de temps après sa mort, n’exclut pas qu’il doit respecter cette obligation personnelle et indépendante des opérations liées au patrimoine, l’existence d’un lien affectif direct n’est pas une condition.

Les frais funéraires sont généralement à la charge des biens de la succession du défunt.

Lorsque les biens du bien ne couvrent pas les frais de funérailles, les débiteurs de l’obligation alimentaire vis-à-vis de leurs ascendants ou descendants doivent en supporter le coût proportionnellement à leurs ressources et au même montant. ils ont abandonné l'héritage.

En effet, le successeur refusé est exécuté proportionnellement au paiement des frais d’inhumation pour la succession ou l’héritage de la succession dont il est privé.

1 re Civ, 21 septembre 2005 No d'appel: pourvoi en cassation 03-10679

Examen des articles 205, 207 et 371 du code civil;

Considérant que, lorsque l'actif immobilier ne permet pas de supporter les frais de funérailles, les débiteurs de l'obligation alimentaire à l'égard de leurs ancêtres ou de leurs descendants doivent appliquer les textes susmentionnés, même s'ils ont renoncé à l'héritage, afin de percevoir la redevance pour ces coûts dans la proportion de leurs ressources;

Attendu que, pour rejeter la demande de MX, le tribunal a jugé que la mère et le fils de la personne décédée avaient renoncé à la succession, à savoir que le tribunal avait violé les textes susmentionnés dans cet arrêt;

Ces coûts sont une dette que les enfants peuvent supporter en proportion de leurs ressources si les biens du parent décédé ne suffisent pas.

1 re Civ, 14 mai 1992 La plainte n ° 90-18-967 indique que:

Si le caractère de l'enterrement dépasse un certain niveau (ce qui est nécessaire pour des funérailles décentes et des décorations inutiles), nous ne pouvons pas forcer les enfants à payer les frais dits "magnifiques".

En l'absence de biens immobiliers: les enfants peuvent déduire de leurs revenus les frais d'obsèques, assimilés à des frais de subsistance (Article 156-II-2 (2) du code général des impôts).

II Moyens de protection: lorsque l'héritage est insuffisant

Si le bureau funéraire est celui qui a commandé l'ordre, il doit payer la facture, même s'il se retourne contre d'autres membres de la famille pour payer les frais de funérailles.

A) Remboursement par la banque

Dans un premier temps, vous devez contacter la banque du défunt, car le coût de ses obsèques peut être supporté par son compte lors de la présentation de la facture.

En fait, la banque détenant le compte du défunt se comporte si la provision est suffisante pour payer la facture de funérailles qu’elle a présentée à l’entente.

L'article 72 de la loi n ° 2013-672 du 26 juillet 2013 sur la séparation et le contrôle des activités bancaires oblige les banques à rembourser à celui qui organise les obsèques les sommes qu'ils ont payées pour les obsèques en tenant le compte bancaire du défunt. Une ordonnance est nécessaire pour clarifier les limites de cette disposition et de son application. En attendant, les informations contenues sur cette page restent à jour.

L'article 72 est modifié Article L312-1-4 du code monétaire et financier

La personne habilitée à organiser les funérailles du défunt peut recevoir, sur présentation de la facture des obsèques, le débit des comptes de paiement du défunt, dans la limite de leur solde créditeur, les sommes nécessaires au paiement de tout ou partie des frais de funérailles. les banques détiennent de tels comptes dans la limite d'un montant déterminé par arrêté du ministre chargé de l'économie.

B) – Obligation de nourriture et recours au juge en cas de désaccord

Article 205 du code civil

"Les enfants doivent de la nourriture à leurs père et mère ou à d’autres ascendants dans le besoin

Article 371 du code civil :

"L’enfant de tous les âges doit honneur et respect à son père et à sa mère.

Restriction couverte parArticle 207 du code civil :

"Les obligations découlant de ces dispositions sont réciproques.

Toutefois, lorsque le créancier a lui-même gravement manqué à ses obligations envers le débiteur, le juge peut le libérer de tout ou partie de la dette. "

En l'absence d'accord, le juge décide lorsque la valeur de la propriété est insuffisante, les frais funéraires sont considérés comme une dette alimentaire.

Ainsi, dans la famille du défunt et même s’ils ont renoncé à l’héritage, les personnes qui doivent payer les frais de funérailles sont: ses descendants et ses ascendants.

Ces personnes doivent supporter le coût de ces coûts dans les conditions suivantes:

– proportionnellement à leurs ressources,

– et à condition que les coûts ne soient pas excessifs (exemples: une rangée de magnifiques pierres tombales, un monument funéraire, etc.).

En cas de refus de payer leur part, il peut confisquer le juge.

C) Actions de régression

L'héritier, qui a payé pour les funérailles de la propriété, a une revendication contre lui pour obtenir un remboursement.

S'il a payé sa part, il jouit du privilège sur le mobilier et sera donc remboursé en priorité aux autres créanciers.

Article 1251 du code civil

La subrogation est automatique:

1 ° Au profit du particulier, le créancier paie un autre créancier qui lui est préférable en raison de ses privilèges ou de son hypothèque;

2 ° Au profit de l'acheteur immobilier qui utilise le coût de son acquisition pour payer les créanciers à qui ce bien a été hypothéqué;

3. en faveur de la personne qui est tenue par une autre personne ou par d'autres personnes de payer leur dette, celle-ci a un intérêt à la payer;

4. au profit de l'héritier qui accepte pour son propre compte l'actif net ayant réglé la dette de succession;

5 ° Au profit de la personne qui a payé le coût des funérailles pour le compte du bien.

D) Le privilège général

Article 2331 du code civil

"Les revendications préférentielles pour l’utilisation générale du mobilier sont énoncées ci-après et sont exécutées dans l’ordre suivant:

1 ° les frais de justice;

2 ° les frais de funérailles;

3. Tous les coûts de la dernière maladie, quelle que soit la résiliation, en même temps que ceux encourus;

Restez à votre disposition pour clarification

Maître HADDAD Sabine

Avocat au barreau de paris

Posts created 3192

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut