Déductions de compte: quels droits?

En confirmant l'approche globale de la simplification des procédures administratives, la loi intervient à plusieurs reprises
valider la pratique de la collecte des frais funéraires sur le compte du défunt et a mis en place une procédure et un plafond à cet effet.

Aujourd’hui, à l’ouverture d’un compte bancaire ou à la demande du client, les banques ont l’obligation de proposer
une convention de compte qui détermine le sort qui sera retenu en cas de décès
le (s) titulaire (s)
(Articles L. 312-1-1 et suivants du code monétaire et financier). Chaque client doit exprimer ses préférences dans ce contexte
(dans le cadre des dispositions légales en matière de succession). Dans tous les cas, en cas de retrait, la banque a un compte
un look ou un livret d’épargne ne peut refuser le paiement au motif que les héritiers n’ont pas la permission dans le dossier qu’il possède.
En effet, le montant dû à l'organisation des funérailles constitue une dette privilégiée (article 2331 du code civil).

Après de nombreux échanges entre les deux chambres, loi n ° 263-672 du 26 juillet 2013 sur la division et la réglementation des activités bancaires
explicitement approuvé la légalité de la collecte des frais funéraires du compte du défunt. Les auteurs du projet de loi soumis
en décembre 2012, a rappelé qu'en vertu de l'article 1939 du code civil, le compte bancaire d'un particulier était bloqué même à sa mort
Le Code civil prévoit toutefois (articles 784 et 815-2) des actes temporaires, notamment le paiement des frais de funérailles.
En fait, l'articulation de ces éléments s'avère impossible, l'inhumation ou la crémation est effectuée dans les six jours
après la mort. Les banques de facto ont autorisé la personne qui fournit les funérailles du défunt, qu’elle soit héritière ou non,
déduire de la facture les sommes nécessaires au paiement de tout ou partie des frais de funérailles.
Cette pratique est basée sur une instruction du service de la comptabilité publique du 31 mars 1976 sur les comptes de dépôt ouverts.
par des personnes au ministère des finances; le débit maximal, réévalué plusieurs fois depuis 1976,
atteint 20 000 francs en 1992, soit 3 050 euros. Cependant, cette instruction est devenue sans objet depuis le 31 décembre 2001.
lorsque les comptables du ministère des Finances ont finalement mis fin à la gestion des comptes individuels. Par conséquent, cette pratique bancaire a été
aujourd'hui, il n'y a pas de base légale. Le gouvernement souhaitait combler cette lacune en autorisant explicitement un nouveau membre
code monétaire et financier, les établissements bancaires collectent les montants nécessaires au paiement
frais de funérailles, à la demande de la personne habilitée à organiser les funérailles du défunt et sur présentation de la facture.
Pour éviter les écarts, le seuil de déduction maximum est fixé par le régulateur: 5 000 € à partir de 2015.

La loi n ° 2015-177 du 16 février 2015, dans son article 4, reprend l'article L312-1-4 du code monétaire et financier sur
recueillir les frais funéraires. Dans un nouveau libellé, l'article rappelle d'abord cette "La personne qui a la qualité
prévoir pour les funérailles du défunt peut recevoir sur présentation du flux de la facture des funérailles le
comptes de paiement du défunt, dans le solde créditeur de ces comptes, les sommes nécessaires pour payer ces
ou une partie des frais de funérailles, ces banques détenant ces comptes dans la limite du montant fixé par arrêté du ministre
responsable de l'économie. "
L'arrêté du 7 mai 2015 a également abrogé l'ancien texte et confirmé le plafond de 5 000 euros.

L’article 4 de la loi introduit une nouvelle forme simplifiée de preuve du statut de successeur réservé aux biens immobiliers.
limité et basé sur la production par l'héritier d'éléments déclaratoires, d'actes d'état civil et d'un certificat d'absence
enregistrement des voeux récents. Par conséquent, le nouveau dispositif répond à cette préoccupation, permettant dans le contexte de séquence modeste,
poser des gestes conservateurs relatifs à la succession ou à la clôture des comptes du défunt pour justifier
son statut de successeur en confiant l’institution aux comptes d’un certain nombre de salles facilement accessibles.

L'appareil permet:

  • – d'une part, à recevoir, sur réception de récépissés, le débit des comptes de paiement du défunt,
    dans le (s) bilan (s) de crédit de ce ou de ces comptes, les montants nécessaires pour payer tout ou partie des
    acte conservateur au sens de l'article 784 du code civil. Ces dispositions sont destinées à appliquer
    hériter de biens meubles et immeubles dans le cadre d'un acte qui ne peut porter sur un montant supérieur au montant
    qui sera déterminé par arrêté du ministre chargé de l'économie;

  • – d'autre part, pour assurer la clôture des comptes du défunt et le paiement des sommes qui y sont mentionnées, à condition que la somme totale
    les montants détenus par l'institution sont inférieurs au montant déterminé par arrêté du ministre de l'Economie
    va bientôt apparaître. Contrairement au dispositif prévu par la loi sur les gaz à effet de serre, l’apurement des comptes
    le défunt n'est possible que pour les biens meubles. Recevoir ou fermer des comptes ou débiter des factures
    pour la mise en œuvre d'une mesure de précaution, le dispositif ne peut être utilisé que si l'héritier le produit
    banques font référence à un certain nombre de documents et de documents: o tout d’abord, un certificat pour l’ensemble
    les héritiers qui certifient qu'il n'y a pas de testament ou d'autres héritiers du défunt; qu'il n'existe pas
    contrat de mariage; autorise le détenteur du document à percevoir, en son nom, les montants figurant sur les comptes
    du défunt ou les fermer; qu'il n'y a pas de litige ou de litige sur la qualité de l'héritier
    ou la composition de la propriété. Lorsqu'il s'agit d'obtenir la fermeture des comptes du défunt, le certificat doit également
    mentionner que la propriété n'inclut pas l'immobilier; o Deuxièmement, il doit être présenté: un extrait d'acte
    naissance du successeur concerné; un acte de naissance du défunt et une copie intégrale de son acte;
    le cas échéant, un extrait de l'acte de mariage du défunt; les certificats de naissance de chaque titulaire de droits désigné
    le certificat susmentionné; certificat de non-enregistrement des dispositions des dernières volontés. Ce dernier est émis
    moyennant une petite somme dans le fichier central des dispositions relatives au dernier testament de l'Association pour le développement
    notaire (ADSN), à la demande des bénéficiaires, accompagnée d’un extrait du certificat de décès. La présence de cet appareil
    ne préjuge pas d'autres formes de preuve de la qualité des héritiers qui peuvent encore être utilisées par les héritiers,
    quelle que soit la taille de la propriété.

Sources: Lettre circulaire du 19 février 2015 pour la soumission des dispositions de la loi n ° 2015-177 du 16 février 2015.
modernisation et simplification de la législation et des procédures dans le domaine de la justice et des affaires intérieures OU:
JUSC1504802C [BOMJ n°2015-02 du 27 février 2015 – JUSC1504802C] Arrêté du 7 mai 2015 pris en application de l'article L. 312-1-4
de la monnaie et du code financier OU: FCPT1508536A [JO 24 juin 2015]

Marion Pearhi

Procureur des funérailles

Posts created 3192

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut