De 18 000 € à 2000 €: la réunion réduit le plafond "trop ​​élevé" pour rétablir l'enterrement des députés

DÉPENSES – Le Bureau de l'Assemblée a décidé vendredi de réduire la limite de remboursement des frais d'inhumation des membres et de leurs familles, a déclaré France Inter. Ainsi, l’aide maximale passe de 18 255 euros à 2350 euros. L'un des questeurs au début de la réforme explique à IKI comment cet avantage inconnu est découvert subitement à la lumière.

C'est un avantage pour les membres, mais tout le monde ne le savait pas. Jusqu'à présent, nous apprend de France Inter, les membres actuels ou anciens de Bourbon Palace peuvent être remboursés pour les frais d'obsèques, ainsi que ceux de leur conjoint et de leurs enfants à charge, jusqu'à un maximum de 18 255 euros. Un montant jugé trop élevé par les questeurs de l'Assemblée, les députés chargés de la gestion de la Chambre.

Sur proposition des trois questeurs, le Bureau de l'Assemblée a décidé vendredi de réduire le plafond de remboursement à 2350 €, un montant égal à celui des députés. "Nous l'avons trouvé trop élevé", a déclaré l'EII, l'un des trois candidats à la candidature de l'Assemblée, le député Laurian Rossi (LAREM).

Le député ajoute qu'il a découvert l'existence de cet avantage par hasard. "Il n'y a pas eu de communication à ce sujet, disons … aux funérailles. En fin de compte, nous pouvons être amenés, les questeurs, à trouver ce type de soins", explique Laurian Rossi. "Il n'y avait aucune envie de cacher quoi que ce soit, nous n'avons pas reçu de guide avec tous les avantages que nous pouvons obtenir."

En 2017, le coût des funérailles s'est élevé à 573 000 euros, pour environ 70 funérailles. Cela représente un remboursement moyen d'environ 8 000 € par cas. "Avec un forfait de 2350 euros, il en coûterait seulement 163 000 euros", a déclaré le député de LAREM House-de-Sen. Et de déclarer que si cette réforme "ne créait pas d’hostilité" au sein de la salle plénière, certains parlementaires souhaitaient un relèvement plus soutenu, "de l’ordre de 4 000 à 5 000 euros".

Lundi, plusieurs voix se sont fait entendre Le parisienPour l'ancien député socialiste René Dosier, "l'idée que lorsque nous ne sommes plus parlementaires, nous n'avons plus le droit d'être dangereux". Emil Blessig, président du groupe d'anciens députés, regrette que son parti n'ait pas été averti ni consulté.

Les coûts opérationnels peuvent encore être rationalisésLaurianne Rossi

Y a-t-il d'autres privilèges laissés inaperçus? "A ma connaissance", dit Laurian Rossi. "Nous pouvons en trouver d'autres au nom des eurodéputés, mais il me semble que nous existons déjà". Le représentant élu déclare qu'une mission de la fonction publique parlementaire est en cours et que "les coûts de fonctionnement peuvent encore être rationalisés". Il veille notamment à ce que la réforme du système de retraites spéciales de la fonction publique parlementaire soit condamnée dans un rapport récent de. T capitale, ne sera pas soumis à "pas de tabou".

Posts created 3192

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut