Côte d'Ivoire: "J'ai décidé de sacrifier mon poste pour la paix", déclare Guillaume Soro, à la démission de la présidence de l'Assemblée nationale

Lors d'une réunion extraordinaire de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire convoquée le 8 février 2019, Guyom Soro a annoncé sa démission de la présidence du Parlement. "Je ne suis pas un homme à se comporter, comme les saprophytes, au travail. Vous ne pouvez pas risquer la paix parce que vous voulez garder un emploi ", a-t-il déclaré.


Chers collègues,

Le moment est venu!

En effet, le Président de la République, Son Excellence Alassan OUATHARA et moi-même avons convenu de convoquer une session extraordinaire ce vendredi 8 février 2019.

Mes chers collègues,

Quand il est temps, il n'est pas nécessaire de faire un long discours. Voyez-vous, dans la vie humaine, il y a des moments qui sont décisifs lorsqu'il nous appartient de prendre la responsabilité de nous-mêmes. Voici ce que je vais faire maintenant.

Mais tout d’abord, permettez-moi d’exprimer le bonheur et la joie qui ont conduit au destin du second pouvoir de l’État, la législature. Mes deux mandats sont parsemés de moments de joie, mais aussi de pièges et de douleurs.

Par conséquent, chers collègues qui m'ont fait confiance en me choisissant le 9 janvier 2016, je voudrais exprimer ma gratitude et ma gratitude.

Lors de notre simple promenade, je voulais faire de notre réunion une famille, certes colorée, mais familiale, une vraie famille!

De plus, pendant ces heures importantes, je veux vous parler directement. vous qui m'avez soutenu sans faute avez-vous voulu trouver ici l'expression de ma sincère gratitude.

J'ai une pensée pleine de gratitude envers les membres du Bureau de l'Assemblée nationale et tous mes collègues qui m'ont accompagné pendant cette mission passionnante. Pour ceux qui animent efficacement et pourtant notre institution, nous entendons conducteurs, gardes, aides, techniciens de surface, secrétaires, etc.

Chers collègues,

Alors, inscrivons-nous à l’ordre du jour de notre session extraordinaire.

En janvier 2019, j'ai eu le privilège d'entendre plusieurs séances avec le président de la République, notamment les 5 et 25 janvier. Il a parlé de mon engagement politique et de ma position idéologique vis-à-vis de Rufus of Hufuetas pour la démocratie et la paix du RHDP.

Cette question importante a dû être une réflexion et une décision de ma part. Oui, j'ai choisi de ne pas rejoindre le seul RHDP. De cette manière, je n'ai pas participé au congrès ordinaire du 26 janvier au stade Félix-Hufu-Boyney. Erreur grave! Erreur grave! J'ai rapidement annoncé certains de mes amis. Mais voyez-vous que je suis un homme qui croit plus au jugement de l'histoire qu'au jugement des gens.

Quant à moi, il ne peut y avoir de méfiance, mais plutôt un désir d’harmonie entre mes convictions, mes valeurs et ma conscience. Et pour cela, sans hésitation.

Le fait est que je faisais face à un dilemme:

- transmettre mes convictions en allant au Congrès, pour ainsi dire, pour sauver une position confortable;

- ou de démissionner de la présidence de l'Assemblée nationale et donc de me regarder en glace.

Y avait-il une alternative! Personne ne m'a rien donné, absolument rien.

Inversement, le refus de démissionner conduira inévitablement à une crise institutionnelle déstabilisatrice entraînant des dommages pour la nation.

Chers collègues,

Nous ne pouvons pas risquer de menacer la paix fragile que nous avons acquise après tant de souffrances pour nos concitoyens. Quand quelqu'un ressemblait à moi, le ministre d'État, le premier ministre, le président de l'Assemblée nationale, le problème était inconcevable.

Chers collègues,

Je ne le veux pas pour la Côte d'Ivoire. Moi qui, pendant un moment, j'ai fait de moi un étudiant du pardon, de la réconciliation et de la paix.

Vous le connaissez, chers collègues,

Je ne suis pas un homme à se comporter, comme le saprofit, au travail. Nous ne pouvons pas risquer la paix parce que nous voulons garder le travail. Le président Félix Félix Hufu-Buni n'était-il pas convaincu qu'aucun sacrifice n'est trop grand pour parvenir à la paix pour son pays. Cette sagesse du père fondateur de la Côte d'Ivoire ne m'a jamais quitté.

Soyez calme, Mesdames et Messieurs, je reste calme, laissant cette position facile au président de l'Assemblée nationale de l'Iowa pour l'aventure de mes convictions.

En fait, je préfère sortir de mon piédestal, vivre et partager le quotidien de mes concitoyens, citoyens ordinaires, plutôt que de me laisser aller à la facilité de la position institutionnelle.

Croyance, le mot est rejeté. Je veux que mes concitoyens, ma femme, mes enfants, ma famille, mes associés, mes proches, mes compagnons, et je pense qu'ici le député Alain Lobonon et tous les autres proches actuellement en prison s'abstiennent de se souvenir d'un gars face au prochain un avenir incertain!

Chers collègues,

À ce stade, je démissionne de mes fonctions de président de l'Assemblée nationale de l'Iowa.

Oui, j'ai décidé de sacrifier mon bureau de poste pour la paix en Côte d'Ivoire, comme je l'ai fait par le passé.

Mesdames et Messieurs,

Chers collègues,

Je suis donc ici, ancien président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire, député de la nation élu dans la municipalité de Ferkessédougou et élu vice-président de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie.

Chers collègues,

Je resterai avec vous pour continuer à travailler à la construction d'une Côte d'Ivoire riche et prospère, fondée avant tout sur l'état de droit et des bases démocratiques solides.

Je resterai avec vous pour continuer la lutte pour le pardon, la réconciliation et la paix; cette lutte à mes yeux coûte plus cher que le poste de président de l'Assemblée nationale.

Chers collègues,

Après toutes les difficultés que j'ai vécues et dont j'ai été témoin, j'étais fermement convaincue que le destin de chacun de nous appartient à Dieu.

Dieu pourvoira.

Merci encore à chacun de vous.

À bientôt

Guilom Kybabori,

Ancien président de l'Assemblée nationale de la Côte d'Ivoire

Posts created 3192

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut