convention décés comment ça marche – Aide aux enfants de moins de 12 ans

Question écrite
Non
00601
de

Monsieur
Jean-Pierre Sur

(Loiret – SOC)

publié au Sénat SS
12.07.2012
– page
1546

M. Jean-Pierre Sueur a référé le ministre de l'Economie et des Finances aux indemnités versées en cas de décès d'enfants de moins de 12 ans. Dans un rapport récent, l’autorité de surveillance des assurances et de la réassurance (ACAM) a estimé que le volume des prestations de garantie prévues dans le MTR était contraire aux dispositions de l’article L. 132-3 du code des assurances et du 223-5 du code de protection, qui interdit les opérations d'assurance liées à la vie de mineurs de moins de 12 ans, étant donné que les bénéficiaires, et donc les enfants de moins de 12 ans, font partie des personnes assurées par la présente loi. et garantie. Cette interprétation littérale peut toutefois sembler contraire à l’esprit des règles de droit susmentionnées dans la mesure où elles concernent des garanties contractuelles consistant en un paiement de capital en cas de décès et non en tant que garantie en tant que contrat principal tel que le coût de la manie. . Il demande par conséquent s'il est approprié de préciser les conditions dans lesquelles ces garanties, notamment pour le paiement des frais réels d'inhumation, pourraient être compatibles avec les articles L. 132-3 du code des assurances et L 223-5 du code de l'inverse.

Il est transmis au ministre des Finances et des Comptes publics.

Réponse du ministre des Finances et des Comptes publics

publié au Sénat SS
18.08.2014
– page
2128

L'article L. 132-3 du code des assurances et l'article L. 223-5 du code de l'assurance mutuelle disposent qu'il est interdit à toute personne de souscrire une assurance en cas de décès de la tête d'un mineur. g moins de 12 ans. Toute assurance conclue en violation de cette interdiction est nulle et non avenue. Le but de cette disposition est de protéger les personnes vulnérables, d'éviter de les arrêter afin d'obtenir un remboursement de capital. En cas de décès, seul le code des assurances autorise le remboursement des primes versées lors de la conclusion d'un contrat d'assurance vie, qui est enregistré sur la tête d'un mineur de moins de 12 ans. ou remboursement du montant unique des primes d'assurance-vie versées pour un mineur de moins de 12 ans et assorties d'un code de réciprocité, d'un remboursement de capital ou d'une rente lors de l'exécution d'une garantie lors de l'inscription du chef d'un mineur moins de douze ans. Dans le cas d'une condamnation à mort au sens strict qui ne peut être rachetée et ne fournit aucune garantie en cas de décès, ces dispositions empêchent la mort d'un mineur de moins de 12 ans qui est le générateur du service. L'invalidité de cette assurance et les sanctions prévues à l'article L. 132-2, cinquième alinéa, du code des assurances et à l'article L. 223-5 du code de garanties peuvent être prononcées.

Posts created 3192

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut