Après le décès d'un être cher, vous pouvez obtenir de l'aide. Notre conseil est de faire la demande. – assurance décés

Certains avantages, prestations ou pensions peuvent être fournis à des membres de la famille. Mais attention, aucun paiement automatique n'est effectué, la personne en fera la demande.

Indemnité de décès pour les employés

Le défunt était un employé du secteur privé. Pour les décès survenus à compter du 1er janvier 2015, le capital décès versé par la sécurité sociale aux bénéficiaires des employés est égal à 3 400 EUR au total, fixé par décret et revalorisé chaque année. C'est également le cas lorsque le défunt a été indemnisé par Pôle emploi ou au cours d'une période d'entretien. Le capital est attribué en priorité à ceux qui ont été le fardeau effectif, complet et constant du défunt et qui recherchent ce capital dans le mois qui suit son décès. Si cela ne se produit pas, cela est attribué à son conjoint ou partenaire non rémunéré du PACS, ou à ses descendants ou ascendants qui en font la demande dans un délai de deux ans au moyen d'un formulaire.

Si le défunt était une séquence

Il était obligatoirement couvert par une assurance prévoyant le versement d'une indemnité de décès (en plus de celle de la sécurité sociale); cette garantie existe également pour les non-dirigeants de certaines sociétés. Consultez votre employeur. Le décès est dû à un accident du travail ou à une maladie professionnelle. Le conjoint, le partenaire du PACS ou le partenaire cohabitant du défunt, ses enfants de moins de 20 ans ou parfois ses descendants peuvent bénéficier, dans des conditions différentes, d’une pension annuelle comprise entre 10% et 60% de son traitement annuel, en fonction: cas.

Le défunt est un demandeur d'emploi

S'il a été indemnisé par Pôle emploi ou dans une période de rétention différée ou de statu quo, il est versé à son conjoint un montant égal à 120 fois le montant quotidien de la prestation qui aurait été favorisée ou aurait été favorisée par le défunt. Ce montant est majoré de 45 fois l’indemnité journalière de subsistance pour chaque enfant à charge. Il peut également réclamer la prestation de sécurité sociale mentionnée ci-dessus.

Si le défunt était un fonctionnaire

Un salaire annuel (avec certains avantages) est versé à son conjoint (impayé ou divorcé) ou à son partenaire PACS (pendant plus de deux ans). Toutefois, si le défunt avait un ou plusieurs enfants de moins de 21 ans (ou handicapé) et n'était pas imposé, il recevrait les deux tiers de ce capital (divisé par moitié) et son conjoint ou partenaire seulement un tiers. En l'absence d'un conjoint, d'un partenaire d'un pasteur ou d'un enfant, le capital est versé aux parents.

Restitution des pensions

Si le défunt est à la retraite, le conjoint survivant (ceci n'est pas valable pour le partenaire PACS ou le partenaire cohabitant) peut parfois demander une déclaration (les conditions à remplir varient en fonction du plan). Pour prendre sa retraite du régime de base, le conjoint ou l'ex-conjoint peut percevoir à partir de 55 ans une pension de survie égale à 54% de celle reçue par le défunt. Il doit être inclus – ne doit pas dépasser 1 652 € par mois en 2014 s'il vit seul ou 2 643 euros s'il est un couple (mariage, PACS ou droit coutumier). En fin de compte, les pensions de survivants seront réduites de ce plafond. Exemple: une personne vit seule, son revenu est de 1200 euros par mois et son droit de retour est de 500 euros. Le montant total de 1 700 € sera supérieur à 48 € (1 652 €). La pension de survie sera de 452 € (500 € – 48 €). En ce qui concerne les pensions complémentaires, les survivants âgés de 55 ans (Arrco) ou de 60 ans (Agirc) peuvent être remboursés, ce qui représente 60% des personnes décédées reçues ou reçues. Pour le conjoint survivant, il n'y a pas de test pour les fonds. D'autre part, elle n'a pas à se remarier.

Pour les fonctionnaires, la pension de survie correspond à 50% de la pension de base de l'agent décédé. Des suppléments pour enfants et pour personnes handicapées sont possibles. Ce retour est donné sans âge ni ressources au conjoint survivant s'il vit seul. Son paiement sera suspendu s'il est de retour en couple et continuera si cette union prend fin. Le conjoint a également droit au remboursement de la pension complémentaire calculée sur les primes reçues par le salarié.

Autres indemnités de recherche

Selon la situation antérieure du défunt, celle de son conjoint survivant ou de ses enfants mineurs, le niveau de ses ressources … certaines prestations peuvent être réclamées. L'allocation de veuve est versée au conjoint survivant qui n'a pas encore atteint une pension de survie de 55 ans, vit seul et avec des fonds n'excédant pas 752,65 € par mois (en 2015), l'allocation conduit à cette un montant n'excédant pas 602,12 EUR. La pension de veuve ou de veuve invalide est versée si le défunt reçoit une pension de retraite ou d'invalidité et qu'il est auto-invalide (la caisse maladie du défunt). L’appui solidaire aux personnes âgées (Aspa, l’ancien minimum) s’applique aux retraités à faible revenu.

La couverture maladie universelle (CMU) est fournie aux bénéficiaires du défunt qui ne peuvent pas être liés à un autre droit relatif à la santé (employé, retraité …) plus de 12 mois après le décès, au cours duquel leurs droits sont maintenus . Il est gratuit ou payé en fonction des ressources de l'assuré. Mais aussi … Plus généralement, en cas de situation matérielle difficile après le décès d'un être cher, il est conseillé de rechercher des solutions auprès du service social de la mairie, de son fonds de pension (Tél. 39 60 pour la retraite) ou de l'assurance maladie. fonds (Tél 36 46). Ces organisations peuvent fournir une aide financière exceptionnelle pour vous aider à faire face à temps.

Posts created 3192

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut