Aide financière liée au décès d'un être cher – convention décés apres 54 ans

Votre conjoint vient de mourir et vous souhaitez savoir quel soutien financier pouvez-vous offrir? Avez-vous perdu un être cher et êtes-vous perdu dans toutes les démarches que vous devez entreprendre?

Au milieu du deuil, vous devez organiser les funérailles, penser à l’avenir et commencer toutes les démarches administratives le plus rapidement possible. De nombreuses organisations sociales peuvent vous aider à surmonter ce parcours difficile. Mais attention, ces avantages ne sont pas payés automatiquement, c'est à vous de faire la demande.

Pour en savoir plus sur vos droits et les démarches que vous suivrez, nos conseillers sont à votre disposition.

Aide pour frais funéraires

Si le montant est dû à votre caisse de retraite bien-aimée au moment de son décès, vous pouvez obtenir un remboursement des frais funéraires (jusqu'à une certaine limite) sur demande écrite adressée à la caisse de retraite CARSAT.
En outre, envisagez de contacter le service d'action sociale de la caisse de retraite supplémentaire du défunt, qui peut parfois prendre en charge les frais d'obsèques.
Lorsque le décès est dû à un accident du travail ou à une maladie professionnelle, la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) peut vous accorder des avantages spécifiques.
Si votre parent décédé a signé un contrat d'inhumation, ses frais d'obsèques sont payés directement par l'assureur.
Enfin, si le défunt n’a pas de ressources et que votre famille est privée de ressources financières suffisantes, les frais d’inhumation sont à la charge de la commune du lieu du décès.

En fonction de la situation du défunt et de la vôtre, d’autres organisations peuvent être nécessaires. Nos conseillers sont là pour enquêter sur votre situation, vous informer et vous diriger vers les appareils auxquels vous avez droit.

Le bénéfice de la mort

La CPAM peut vous verser le capital-décès si votre parent est dans l’une des situations suivantes au cours des trois mois précédant son décès:

  • il exerce une activité rémunérée ou reçoit une compensation de Pôle Emploi;
  • il avait une pension d'invalidité, un accident du travail ou une maladie professionnelle correspondant à une incapacité physique permanente d'au moins 66,66%;
  • il se trouvait dans une situation de rétention des droits en matière d'assurance maladie.

La prestation de décès est versée en priorité aux personnes qui, le jour du décès, ont été effectivement inculpées du défunt, sinon du conjoint survivant non séparé, du partenaire lié au défunt au Pacte de solidarité civile ou, si cela pas tellement, à ses descendants puis à ses ancêtres.

La prestation de décès n'étant pas automatiquement versée, vous devez faire votre demande dans les deux ans à la CPAM dont dépend le défunt.

Autres aides

Mort d'un être cher
Si votre conjoint décédé a été impliqué dans l'assurance vieillesse pendant au moins trois mois au cours de l'année qui a précédé son décès, vous pouvez, sous certaines conditions (notamment moins de 55 ans), demander une prestation de veuve versée par l'assurance vieillesse. Cette aide temporaire sera versée pendant deux ans au maximum.
Dans le cadre de la pension de retraite que le défunt pourrait ou aurait pu recevoir, la pension de survivant est versée sous certaines conditions (notamment moins de 55 ans et dans la limite du plafond) du conjoint survivant et, le cas échéant, de son ancien mari / conjoint par titre proportionnel à la durée de chaque mariage.
Enfin, l’employeur de votre parent décédé a eu l’occasion de conclure un régime de retraite collectif, y compris une prestation de décès. Vous devez donc contacter l'employeur du défunt pour connaître et défendre vos droits.

Après la mort d'un être cher, les traces sont nombreuses et peuvent être longues. Si vous avez besoin d'aide pour surmonter ce test, nos conseillers sont à votre disposition.

Posts created 3192

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut