6 garanties pour transférer votre capital sans conflit – convention obsèques apres 54 ans

L’assurance vie n’est pas un produit financier ordinaire. C'est un moyen unique de partager le capital avec des proches. Mais cet outil compliqué nécessite quelques précautions. Sinon, les relations familiales risquent d’empirer.

En 2011, 25 milliards d'euros ont été versés par les assureurs vie des assureurs vie. Chiffre lié à la position occupée par cet investissement dans la richesse financière française. En 2010, il représente plus du tiers de leurs actifs financiers. Et cette proportion devrait être augmentée, compte tenu du système fiscal très favorable qui bénéficie de l'assurance-vie. Il permet d'être remis à toute personne spécifiée dans le contrat du bénéficiaire en dehors de la propriété jusqu'à concurrence de 152 500 € sans aucune imposition, quelle que soit la relation avec le souscripteur du contrat. Cependant, l'assurance-vie peut être une source de conflit. La formulation ambiguë de la clause du bénéficiaire, qui laisse place à plusieurs interprétations possibles ou à la crainte de nuire à l'enfant, peut entraîner des tensions au sein de la famille. Voici nos conseils pour que l’assurance vie ne nuit pas à l’harmonie familiale.

Obéir aux droits des héritiers

Une assurance vie peut être payée aux bénéficiaires de votre choix en dehors de la propriété. Les montants reçus en assurance-vie ne sont pas pris en compte dans le calcul de la quote-part attribuée à chaque héritier ou en s'assurant que les enfants ont reçu une part de l'héritage de leurs parents, que la loi leur retient (voir l'article "Glossaire: 6 précautions transférer son capital sans conflit "). Afin de ne pas compter les enfants qui sont privés de l'assurance-vie pour tout ou partie de leur héritage, pour un frère ou une soeur, un nouveau mari ou une concubine et aucune alternative, plutôt que de faire appel aux tribunaux pour rétablir leurs droits. "Les conflits naissent toujours lorsque l'espoir est déçu lorsque l'enfant se sent amer. Pour attaquer le contrat d'assurance vie, il peut contester la validité de la clause du bénéficiaire en évoquant, par exemple, la sottise du souscripteur âgé ou malade pendant contester l'interprétation de la clause ou en paralyser les effets avec une demande de remboursement des sommes versées en vertu du contrat dans le domaine ", analyse Michel Leroy, maître de conférence à l'Université de Toulouse I Capitole et co-auteur d'une clause de sorte que le bénéficiaire (prévoir une indemnisation pour les éditions de la vie Francis Lefebvre). Pour obtenir le remboursement du montant de la succession, l'héritier lésé devra prouver aux juges que les primes sont clairement exagérées en ce qui concerne les possibilités financières du souscripteur (article L 132-13 du code des assurances), en ce qui concerne l'âge, la famille et l'héritage (revenus et avoirs) et l'utilité du contrat lors des paiements. "Les juges accordent une attention particulière à l'intérêt que le contrat présente pour le souscripteur. La collecte des économies réalisées sur le contrat d’assurance vie suffit souvent pour établir que le contrat a été utilisé comme un produit d’épargne pour évaluer le capital investi et pour exclure la nature exagérée des primes versées ", a déclaré Eva. Guillermin, directeur de Barclays Heritage Engineering. Ainsi, à l'exception des cas marginaux où les sommes ont été versées à un âge beaucoup plus avancé (80 ans ou plus) ou une personne gravement malade, il est rare que les héritiers gagnent leur cause. Toutefois, au cours du procès, qui peut durer environ dix ans, les bénéficiaires ne peuvent pas bénéficier du capital transféré. Par conséquent, il vaut mieux éviter de créer une situation qui est certainement conflictuelle.

Notre conseil: Assurez-vous que l'argent envoyé ne nuit pas à vos enfants en les privant de leur réserve héréditaire (voir en plus de l'article "Glossaire: 6 Garanties pour un transfert de capital sans conflit").

Rédigez une clause claire et non ambiguë

Le conjoint étant exonéré des droits de succession, il convient de fournir aux enfants au moins une partie du capital transféré vers une assurance vie. Ainsi, chaque enfant peut bénéficier d’une réduction de 100 000 EUR par mère applicable aux biens transférés dans le cadre de la succession et d’une réduction de 152 500 EUR par mère applicable aux primes d’assurance vie. Par conséquent, la clause type proposée dans la plupart des contrats définissant le conjoint comme unique bénéficiaire, et si ce n’est pas le cas – c’est-à-dire: ce n'est que si ce dernier décède – les enfants – devraient être réservés aux cas où le conjoint survivant dispose de tout le capital de l'assurance-vie afin de garantir son mode de vie. Sinon, il est préférable soit de répartir le capital en parts égales, soit de donner au conjoint un pourcentage du capital et de répartir le solde de manière égale entre les enfants. Le mari peut également être en mesure de choisir tout ou partie du capital usufruit ainsi que de l'héritage. Quel que soit votre choix, il est nécessaire d’écrire la clause pour offrir une clé de répartition claire. Les difficultés d'interprétation des conditions des bénéficiaires sont une source de litige très importante.

Notre conseil: afin d'éviter toute ambiguïté quant à la répartition du capital entre le conjoint et les enfants, une formule simple peut être conservée, telle que "ma femme pour X% du capital, mes enfants qui vivent ou égalent le solde".

Une autre mesure de précaution, évitez de taper votre conjoint, sa qualité et son nom. En cas de divorce, vous prendrez le risque de voir votre ex-conjoint réclamer une indemnisation de la capitale si la clause du bénéficiaire n'a pas été modifiée après le divorce. Pour les bénéficiaires autres que le conjoint et les enfants, il est préférable d’inclure dans la clause leurs noms, noms, date de naissance et adresse afin que ces derniers puissent être facilement identifiés par l’assureur.

Notre conseil: pour votre mari, souvenez-vous de la formule "conjoint, non divorcé, non séparé du corps, non engagé dans un divorce ou une séparation de corps".
Dans un contexte familial complexe, en présence d'enfants nés de plusieurs unions et de beaux enfants ou d'un enfant vulnérable ayant besoin d'une protection spéciale, il est essentiel d'intégrer l'assurance-vie dans une stratégie globale en matière de succession. Demandez conseil à un notaire pour une copie spécialement créée de la clause de votre bénéficiaire (voir Développement de la clause d'assurance vie du bénéficiaire).

Prédire le décès prématuré du bénéficiaire

Il est impératif qu'au moins un bénéficiaire soit nommé dans le contrat et réside au moment du décès du souscripteur afin de pouvoir bénéficier d'un impôt favorable permettant de sauver des vies. Sinon, le capital reviendra sur la propriété et sera partagé entre les héritiers, qui devront alors payer la mort. Par conséquent, dans la clause, vous devez prendre en compte l'hypothèse de décès d'un ou plusieurs bénéficiaires et donc proposer des bénéficiaires alternatifs, également appelés bénéficiaires "secondaires".

Notre conseil: toujours indiquer, après les bénéficiaires de votre choix, "si ce n’est pas le cas, mes héritiers proportionnellement à la part respective dans le transfert de propriété." En cas de décès du bénéficiaire, le capital sera restitué aux héritiers déterminés par la loi, mais avec l'avantage de l'imposition spécifique à l'assurance vie.

Soyez prudent si l'un de vos enfants décède devant vous, vous devez indiquer si vous souhaitez que sa part aille à ses propres enfants ou si elle doit être partagée avec d'autres bénéficiaires (la plupart de ses frères et soeurs). souvent). Si la clause signifie "enfants vivants ou nés" sans autre précision, l'assureur paiera en principe sa part à leurs frères et sœurs. Au risque, vos petits-enfants, s'ils se sentent amers, contestent les droits de leurs oncles et de leurs tantes devant les tribunaux. En outre, si vous souhaitez permettre à vos enfants de céder leur propre capital au profit de leurs propres enfants, il est également nécessaire de prévoir explicitement cette possibilité d'annulation dans la clause.

Notre conseil: protéger les intérêts de ses petits-enfants, désigner comme bénéficiaire "mes enfants nés à parts égales, et en cas d'abandon ou d'abandon de l'un d'entre eux, leurs descendants à parts égales".

Effacer la clause du bénéficiaire et le pacte clairement

"En général, les assureurs refusent d'inclure dans le contrat des clauses dont le texte est compliqué, ils préfèrent renvoyer leurs abonnés chez le notaire, puis le contrat mentionne le nom de l'étude ayant donné la clause", déclare le notaire de Paris Arlet Darmon, président du groupe Monassier. Dans ce cas, il est préférable de ne pas modifier la clause sans en avertir le notaire et son assureur. En outre, il convient de ne pas utiliser de termes spécifiques à l'immobilier pour identifier les bénéficiaires d'une assurance vie. Dans le cas d'un procès, seul un juge peut interpréter le testament de l'abonné et déterminer s'il y a une erreur dans les termes utilisés ou dans l'intention intentionnelle de rétablir la vie dans l'héritage. "Si vous voulez que le capital reste en dehors de votre propriété, il doit interdire des expressions telles que" Je vais déclarer la mort de son capital et ainsi ", ou" l'assurance-vie sera dans son lot ", prévient Pierre Feron, avocat-conseil chez AXA.

Notre conseil: Identifiez les bénéficiaires de vos polices d’assurance vie dans un document distinct de votre testament, déposé chez un notaire. La validité de la clause du bénéficiaire ne sera pas remise en cause si le testament est attaqué ou annulé.

Explorer les effets du mariage en cas de divorce

L’autonomie du régime juridique de l’assurance vie a longtemps conduit à une minimisation de l’interaction entre ce placement et le régime matrimonial des époux. Jusqu'au premier avertissement lancé en 1992 (décision Praslicka, 1ère ordonnance civile du 31 mars 2002, n ° 90-16343). Les juges ont déclaré qu'en cas de divorce, le remplacement d'un contrat conclu par un couple marié dans le cadre d'un régime patrimonial est un bien commun s'il était financé par des fonds communs de placement (plusieurs économies). ). Mais physiquement, il est impossible de partager un contrat. Ainsi, certains époux sont obligés d’indemniser leur époux, de conclure leur contrat ou de retirer la moitié de leur valeur, risquant d’être davantage imposés avec leur revenu ou de subir des pertes en cas de perte. rachat en période de lourdes pertes en capital.

Notre conseil: afin de faciliter le divorce de la propriété en cas de divorce, il est préférable que chaque conjoint ouvre un contrat en investissant, si possible, des montants équivalents dans la même entreprise et dans la même aide à l'investissement. Tout le monde partira avec des contrats de valeur égale.

Attendez-vous aux conséquences du mariage en cas de décès

Le deuxième avertissement concernait l'autonomie du régime d'assurance-vie en 2009 et 2010, deux réponses ministérielles indiquant que la valeur de rançon des polices d'assurance-vie enregistrées par le conjoint survivant représentait un bien commun (Proriol), Jeanne du 10.11. .09, n ° 27336 et Bacquet, JOAN du 29.6.10; 26231). La question divise toujours les assureurs et les notaires. Pour ces derniers, ainsi que pour les autorités fiscales, la moitié de la valeur de rançon des contrats enregistrés par le conjoint survivant doit être incluse dans les biens de son épouse. Le mari peut donc être obligé d’indemniser ses enfants pour d’autres biens lorsqu’il règle les biens, même s’il est considéré comme n’entrant pas dans le champ de la demande. Ils voient aussi la valeur de leur héritage augmenter, mais ils doivent aussi payer un impôt sur les successions plus important sans la certitude qu’un jour, ils prendront cet argent. "Si le conjoint identifie d'autres bénéficiaires que leurs enfants ou consomme les économies investies dans son contrat au cours de sa vie, les enfants paieront un impôt sur un montant qu'ils ne toucheront jamais", déplore Michelle Leroy.

Notre conseil: conclure un contrat de mariage avec la prétendue clause (voir en plus de l'article "Glossaire: 6 Garanties pour votre transfert de capital non conflictuel"), qui prévoit la police d'assurance vie du survivant avant tout partage. L'argent investi par le conjoint survivant dans l'assurance-vie échappera à la propriété et aux réclamations des enfants. Le coût d'un contrat de mariage ordinaire, sans adjonction de biens appartenant à la communauté, varie en fonction des honoraires gratuits perçus par le notaire, mais ne dépasse généralement pas 1 500 €.

Le dernier avertissement est moins d'un an. La Cour de cassation souligne que, si le code des assurances (article L 132-16) exempte la communauté immobilière de la totalité des sommes investies dans l'assurance vie, cette exonération ne s'appliquant qu'aux contrats, le conjoint survivant est en fait un bénéficiaire (citoyens). .12, n ° 11-21703). Si l'argent est versé aux enfants ou à une personne autre que le conjoint, la communauté doit être indemnisée pour le total des fonds investis dans le contrat par le conjoint décédé. Sa propriété est responsable de cette indemnisation. Si cette règle est appliquée (ce qui n'est pas le cas aujourd'hui), cela réduirait l'héritage et amputerait ainsi les droits des enfants en faveur du conjoint, ce qui augmenterait la part de la communauté, même si les enfants ne sont pas bénéficiaires du contrat. "Cette situation est instable et explosive", s'inquiète Arlett Darmon, un maître qui, comme tous les notaires, invite les autorités à reconsidérer ces questions pour assurer et faciliter les relations entre leur mari et leurs enfants.

Chiffre clé: 6 garanties pour transférer votre capital sans conflit

152 500 €Il s’agit du montant qui peut être transféré à n’importe quel bénéficiaire de l’assurance vie sans taxe, indépendamment de la relation. Les conjoints et partenaires de pacs sont exempts de droits, quelle que soit l'importance des montants transférés. À titre de comparaison, l'impôt sur le revenu des parents et des enfants au titre des droits de succession s'élève à 100 000 EUR (voir page 97).

20%

Il s'agit du pourcentage de déduction payable par chaque bénéficiaire de l'assurance vie supérieure à 152 500 EUR. La redevance est augmentée à 25% au-dessus de 902 838 € (après déduction des 152 500 € premiers). Ces taux restent plus favorables que ceux applicables à l'immobilier: jusqu'à 45% entre parents et enfants; 55% pour les neveux ou neveux; 60% pour les cohabitants. Ce régime favorable ne concerne que les primes versées avant l’âge de 70 ans dans le cadre des contrats.

Attention, le pourcentage de 25% et le seuil de 902 838 € doivent être modifiés (voir page 19).

Glossaire: 6 garanties pour transférer votre capital sans conflit


Réserve héréditaire

Part minimale de l'héritage des parents qui, au moment de leur décès, devrait revenir à chacun de leurs enfants (un seul enfant a droit à la moitié de l'héritage, deux enfants au tiers, trois enfants et plus des trois quarts).

Clause de règlement

Clause, qui est incluse dans le contrat de mariage des époux qui se sont mariés dans le domaine de la propriété, fournit au conjoint survivant la propriété du bien commun (logement, assurance-vie).

6 Précautions pour transférer votre capital sans conflit

70 ansIl s'agit de l'âge auquel les primes versées au titre d'une police d'assurance vie sont soumises à l'impôt sur les successions à la suite d'une réduction de 30 500 EUR. Les bénéficiaires de ces contrats perçoivent un impôt sur les successions, basé sur leur relation avec le souscripteur, sur les primes payées, mais pas sur les plus-values ​​(voir page 97).

Recommandations: 6 garanties pour transférer votre capital sans conflit


Yves Guillemin et Silvi Rochu, Directeur de l'ingénierie, du patrimoine et de la consultation fiscale chez Barclays Bank France Heritage Engineering

Les familles mixtes doivent prendre en compte les relations familiales, qui sont souvent plus complexes

L'assurance vie n'est pas un conflit. Si les droits des enfants sont préservés, il n’ya pas de conflit particulier à craindre. Mais il est vrai que les contextes familiaux sont maintenant plus complexes. La multiplication des familles mixtes renforce les conflits d'intérêts. Dans ce contexte, il est nécessaire d’élaborer une clause personnalisée pour le bénéficiaire. Identifier les enfants d'un deuxième syndicat comme les seuls bénéficiaires de l'assurance-vie, même s'ils sont encore jeunes et vulnérables si leurs parents meurent, ne sera pas nécessairement vécu par les enfants plus âgés. Surtout s'ils ont déjà bénéficié de dons.

Mart Arlet Darmon, notaire à Paris, président du groupe Monassier

Le cadre juridique de l'assurance vie n'est plus adapté à son usage héréditaire

L’assurance vie a un régime autonome défini par le Code des assurances. Il reste hors du manoir. En tant que telle, la réserve héréditaire des enfants [la part minimale de la succession, attribuée par la loi, ndlr] ne devrait pas être respecté. Това правило е установено със закон от 1930 г., в момент, когато застраховката "Живот" не е инструмент за спестявания, а средство за защита на съпруга в случай на смърт, а последното няма качество на наследник. Сумите, платени по договорите, останаха много скромни. Тази правна рамка вече не е подходяща. Днес застраховката „Живот“ е спестовен продукт и инструмент за наследство на двойката и не бива да се допуска заобикаляне на правата на децата.

Мишел Лерой, доцент в университета Тулуза 1 Капитол

Не можем да избегнем правилата на брачното и наследствено право

Ако застраховката „Живот“ дава възможност да се разпредели капитал извън имота, не може да се откаже от правилата, свързани с имуществения режим на съпрузите и наследственото право. Усвояването на всичките им взаимодействия е много сложно, но това е най-добрият начин за предотвратяване на конфликти. Да вземем за пример една много проста клауза, която определя като бенефициер "моите наследници". В присъствието на съпруг и обикновени деца на двойката, необходимо ли е да разпределяте капитала между тях, в равни части или да приписвате на съпруга ползването на целия капитал, ако той избере да използва имота? ? Извикването на субекта като семейство, за да се премахне неяснотата, не е решение и може да бъде източник на конфликт, дори ако децата се третират еднакво. Дете, което е особено инвестирано с родителите си, може да бъде разочаровано, ако не бъде възнаградено.

Пиер Ферон, правен съветник на AXA France

Пенсионирането е ключовият момент, за да се направи преглед на клаузите, ползващи се от неговите договори

Необходимо е да се актуализира написването на клаузите на бенефициерите на всеки важен етап от живота му. И особено когато се пенсионира. Това е моментът да се постави под въпрос целесъобразността на привилегията на децата или дори на внуците си, а не на съпруга в клаузата на бенефициента.

Разходите за предаване на богатството си на следващите поколения ще бъдат още по-ниски. Клаузата на бенефициента трябва да предвиди, без неяснота, каква ще бъде съдбата на столицата, ако детето умре пред родителите си. Тя трябва да посочи дали сумите, които трябва да бъдат върнати на нея, ще бъдат дарени на нейните деца или споделени между нейните братя и сестри.

Всъщност прехвърлянето към децата на бенефициента не е автоматично в контекста на животозастраховането, противно на правилото за наследството.

Posts created 3192

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut